Des élections législatives placées sous haute surveillance

Des élections législatives placées sous haute surveillance

Des policiers devant un bureau de vote de Hénin-Beaumont le 23 avril 2017. (Illustration)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le samedi 10 juin 2017 à 12h36

Ce week-end, les Français sont appelés aux urnes pour choisir leurs 577 députés. Ce scrutin se déroule sous le régime exceptionnel de l'état d'urgence instauré au soir des attaques du 13 novembre 2015 qui ont endeuillé Paris et Saint-Denis.

Comme lors des élections présidentielles, le dispositif de sécurité est renforcé pour les législatives. 50.000 policiers et gendarmes seront de nouveau mobilisés dimanche 11 juin pour le premier tour ainsi que le pour le deuxième tour du 18 juin, a annoncé jeudi le ministère de l'Intérieur.

Les membres des forces de l'ordre participeront avec des militaires de l'opération Sentinelle à la sécurisation d'environ 67.000 bureaux de vote. "Dans chaque département, sous l'autorité du préfet, un important travail d'analyse et de coordination a été réalisé (...) avec les responsables de la police et de la gendarmerie nationales afin de préciser les modalités locales d'action", a précisé le ministère dans communiqué.

Selon les mêmes modalités que lors des deux tours de la présidentielle, un "contact permanent" sera assuré avec les présidents des bureaux de vote, et une "présence visible et régulière" des forces de sécurité et une "capacité permanente d'intervention" seront garanties, ajoute-t-il. "Si un électeur inscrit dans le bureau de vote refuse l'inspection visuelle ou la fouille de son bagage, l'accès au bureau de vote pourra lui être refusé par le seul président du bureau de vote", est-il précisé. 

À l'intérieur et aux abords immédiats du bureau, le président du bureau conserve seul le pouvoir de police et "nulle force armée ne peut être présente sans son autorisation", précise par ailleurs le site internet du ministère de l'Intérieur.

Les maires ont également été associés "au travail d'évaluation préalable" et certains ont fait le choix de mobiliser les polices municipales.

 
25 commentaires - Des élections législatives placées sous haute surveillance
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]