Déradicalisation : le recrutement de l'ex-mentor des frères Kouachi dénoncé par Patrick Pelloux et Zyneb El Rhazoui

Déradicalisation : le recrutement de l'ex-mentor des frères Kouachi dénoncé par Patrick Pelloux et Zyneb El Rhazoui

Portraits de Cherif et Saïd Kouachi publié par le police française le 8 janvier 2015.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 25 octobre 2016 à 18h45

La nouvelle, dévoilée par Libération, n'était pas passée inaperçue mercredi 19 octobre. On apprenait dans les colonnes du quotidien la collaboration de Dounia Bouzar, à la tête d'une association de déradicalisation et Farid Benyettou, ex-mentor des frères Kouachi.

Selon Dounia Bouzar, Farid Benyettou n'est plus celui qui recrutait les candidats au jihad au sein de la filière dite des Buttes-Chaumont.

Une argumentation qui n'a pas convaincu ni le ministère de l'Intérieur, qui s'est opposé à ce recrutement, et qui a provoqué l'incompréhension de l'urgentiste Patrick Pelloux et de la journaliste Zineb El Rhazoui, tous deux anciens membres de la rédaction de Charlie Hebdo. Interviewés par Le Figaro, ils condamnent lundi 24 octobre cette collaboration et ne croient pas au repentir de Benyettou. "Benyettou qui fait de la déradicalisation, c'est comme si on demandait à une marque de cigarettes de se charger des campagnes anti-tabac! C'est une injure", lâche Patrick Pelloux. "Entendre que Beneyettou fait de la déradicalisation est pour moi de l'ordre du viol ou du pied de nez", ajoute Zyneb El Rhazoui. Tandis que la journaliste dénonce "des amateurs" chargés de la déradicalisation en France, Patrick Pelloux s'en prend l'État qui "doit cesser de faire confiance à des personnalités dont les méthodes n'ont pas été évaluées".



"RECRUTER UN PÉDOPHILE EN PUÉRICULTURE"

Le recrutement du jihadiste "repenti" laissé également sceptiques ses anciens collègues de travail de la Pitié-Salpêtrière, où il officiait en tant qu'élève infirmier avant d'obtenir son diplôme en 2015. L'un des médecins interrogés par Le Figaro doute de son revirement, car jamais il n'a fait part de son passé. Une "rédemption sans culpabilité préalable, sans mea culpa public" resterait suspecte selon le praticien. D'autant plus qu'il travaillait en service psychiatrique auprès d'adolescents "en proie à des problématiques identitaires liées à l'islam, confie un médecin au quotidien. C'était comme recruter un pédophile en puériculture".

Interrogée par Libération, Dounia Bouzar a expliqué avoir discuté "avec Farid pendant six mois avant de lui faire pleinement confiance". "Il faut laisser un espace aux repentis, sinon ils en crèvent", avait-elle également justifié. Outre la signature d'un CDD au centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l'Islam (CPDSI), le duo Benyettou - Bouzar est l'auteur de "Mon djihad, itinéraire d'un repenti", ouvrage à quatre mains. Le livre sortira en le 4 janvier 2017, trois jours avant la date anniversaire de l'attentat des fères Kouachi contre la rédaction de Charlie Hebdo.
 
14 commentaires - Déradicalisation : le recrutement de l'ex-mentor des frères Kouachi dénoncé par Patrick Pelloux et Zyneb El Rhazoui
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]