Décès à la maternité d'Orthez: la clinique mise en examen

Décès à la maternité d'Orthez: la clinique mise en examen

L'entrée de la maternité d'Orthez, dans les Pyrénées-Atlantiques, le 2 octobre 2014

A lire aussi

AFP, publié le mercredi 12 juillet 2017 à 17h57

La Clinique d'Orthez (Pyrénées-Atlantiques) a été mise en examen pour "homicide involontaire", un mois après la mise en examen du Centre hospitalier de la commune, dans l'affaire du décès d'une patiente à la maternité de la ville en septembre 2014, a indiqué mercredi l'avocat de la famille de la victime.

"Le juge d'instruction estime que le Centre hospitalier et la Clinique partagent la responsabilité de la mort de la patiente pour la présence de leur personnel et l'utilisation du matériel opératoire le jour du drame", a déclaré à l'AFP Philippe Courtois.

Helga Wauters, médecin-anesthésiste belge qui avait en charge la victime et qui avait bu le soir du drame, a déjà été mise en examen pour "homicide involontaire aggravé" dans ce dossier instruit à Pau. Un second praticien, l'obstétricien présent à la maternité d'Orthez le soir des faits, a quant à lui été mis en examen en mars 2016 pour "non-assistance à personne en danger".

Le 26 septembre 2014, Helga Wauters était chargée d'une patiente de 28 ans, Xynthia Hawke, à la maternité d'Orthez. Ce médecin venait d'être recruté depuis peu par la clinique privée d'Orthez, qui la mettait à disposition de la maternité publique de la ville dans le cadre d'une convention entre les deux établissements.

L'anesthésiste avait administré à sa patiente une péridurale avant de sortir boire chez des amis. Mais l'accouchement s'étant mal passé, une césarienne était devenue nécessaire. Rappelée, Helga Wauters, qui sentait l'alcool à son retour à l'hôpital, selon ses collègues, avait eu un comportement qui leur avait paru étrange. 

La situation avait rapidement tourné au drame: au lieu de se servir du respirateur du bloc opératoire, l'anesthésiste avait utilisé un ballon manuel pour ventiler sa patiente et avait intubé les voies digestives au lieu des voies respiratoires. En arrêt cardiaque, la patiente avait été transférée à l'Hôpital de Pau, où elle était décédée le 30 septembre. Son bébé était sain et sauf.

col/ale/pfe/nm

 
5 commentaires - Décès à la maternité d'Orthez: la clinique mise en examen
  • Heureusement il y a plus de bons médecins que de mauvais médecins dans les hôpitaux. La question est. L alcoolisme que peut faire un collègue c est toujours difficile car toute le hiérarchie se défile y compris les médecins du travail et personne ne veut prendre la décision de la suspension et bien sûr quand il y a un drame c est le patient qui trinque et le collègue immédiat qui est accusé de non assistance de personne en danger.

  • c'est désespérant,quand on rentre à l'hosto ont se demande si on va en sortir vivant.Médecins pochetrons ,incompétants ect.. le risque devient grand et s'il faut y aller la peur au ventre autant crever tout de suite.Il aura quand même fallu longtemps pour les aligner

  • La péridurale est une anesthésie locorégionale. Elle vise à désensibiliser une partie du corps en bloquant les nerfs de la moelle épinière, ce qui supprime la douleur.

    L’anesthésiste injecte un produit entre deux vertèbres lombaires. Ce type d’anesthésie est pratiqué notamment lors des accouchements, d'opérations, s'il y a un risque anesthésie totale. Cette injection est indolore car on pratique avant, une anesthésie locale.

    Durant l’intervention chirurgicale vous ne ressentirez aucune douleur, mais vous resterez conscient.

    Vous ne verrez rien de l’intervention car l’endroit opéré sera masqué par un tissu appelé champ opératoire.
    Avant l’intervention, une consultation pré-anesthésique est nécessaire. Elle permet au médecin de prendre connaissance de tous les éléments médicaux vous concernant, afin de réaliser l’anesthésie en toute sécurité.

    A cette occasion, le médecin vous informera des risques liés à l’anesthésie. Vous pouvez lui poser des questions. Un formulaire de consentement éclairé vous aura été présenté avant l’intervention et le médecin aura répondu à vos interrogations.

  • renseignez-vous les journalistes avant de délivrer une information. On n' administre pas une péridurale ( ce n'est pas un médicament) on pratique une péridurale ( c'est une intervention)

    Eh! que si! on administre bien une péridurale! votre ordi vous sert à critiquer mais aussi à s'informer!

  • Au pilori cette soularde qui ne connait pas le prix de la vie humaine!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]