Colère des policiers : les fonctionnaires interpellent Juppé et Sarkozy après leur débat

Colère des policiers : les fonctionnaires interpellent Juppé et Sarkozy après leur débat©Reuters
A lire aussi

6Medias, publié le vendredi 04 novembre 2016 à 11h07

Le sujet est devenu sensible, et donc politique. Depuis le 17 octobre, début de leur mouvement, les policiers ne désarment pas.

Alors, après le deuxième débat de la primaire de la droite et du centre, jeudi 3 novembre au soir, des membres des forces de l'ordre ont interpellé Alain Juppé et Nicolas Sarkozy à leur sortie de la salle Wagram, à Paris.

Devant l'ancienne salle de boxe, plusieurs dizaines de policiers attendaient les candidats. Interpellé par l'une des fonctionnaires, Alain Juppé a affirmé comprendre "la colère" et "l'exaspération" des forces de l'ordre. "Il ne faut pas désespérer. Il faut se battre. Et je sais que les policiers ne désespèrent pas", a assuré le maire de Bordeaux. Et de poursuivre : "Vous avez le droit au soutien des pouvoirs publics et vous ne l'avez pas suffisamment aujourd'hui, on l'a évoqué tout à l'heure à l'antenne. Notamment sur une question comme la légitime défense, qui est quand même absolument essentielle. Il faut qu'on vous permette de vous défendre dans de bonnes conditions, et puis il y a beaucoup d'autres choses à regarder."

Proposant une rencontre aux policiers pour discuter de leur situation, l'ancien Premier ministre s'est même dit intéressé par l'idée que lui soumettait la fonctionnaire d'un "Grenelle de la sécurité". Nicolas Sarkozy, pour sa part, a rappelé qu'il "aimait les policiers", dont il a été le ministre de tutelle lorsqu'il était à l'Intérieur, "la période la plus passionnante de (sa) vie ministérielle." Finalement, comme son rival, l'ancien président a évoqué l'idée d'une future rencontre avec les forces de l'ordre.

 
44 commentaires - Colère des policiers : les fonctionnaires interpellent Juppé et Sarkozy après leur débat
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]