Circulation alternée à Paris : qui peut rouler ? Quelles dérogations ?

Circulation alternée à Paris : qui peut rouler ? Quelles dérogations ?

Les premiers contrôles ont eu lieu dans et près de Paris, mardi 6 décembre

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 06 décembre 2016 à 09h35

Les véhicules impairs devront rester au garage ce mardi 6 décembre : pour la quatrième fois en 20 ans, Paris met en place la circulation alternée, en raison de la persistance de la pollution aux particules fines et au dioxyde d'azote. La mesure inclut également les 22 communes de la "petite couronne" parisienne, dans les Hauts-de-Seine, Val-de-Marne, et Seine-Saint-Denis.

Dans la capitale ainsi que dans ses zones limitrophes, seuls les véhicules dont le numéro sur la plaque d'immatriculation est pair pourront circuler, a annoncé lundi le préfet de police Michel Cadot.

La règle est simple : les numéros de plaque autorisés suivent les jours, pairs et impairs.

Le dispositif de circulation alternée sera reconduit mercredi si la "situation constatée par le comité d'experts" le demande, a t-il ajouté. Les transports en commun seront gratuits dans l'ensemble de l'Île-de-France ce mardi, de la zone 1 à la zone 5. La circulation alternée ne s'appliquera pas aux voitures utilisées pour le covoiturage.

LES DÉROGATIONS

Plusieurs exceptions existent cependant à cette règle. De nombreux véhicules aux plaques "invalides" sont quand même autorisés à circuler. C'est le cas de véhicules dont le déplacement est justifié par les nécessités de l'exercice de missions de service public (police, gendarmerie, pompiers, SAMU, SMUR, véhicules postaux, transports de fonds, ramassage et enlèvement des ordures)

Peuvent également rouler les véhicules chargés de l'approvisionnement des populations. Sont concernés ici les véhicules frigorifiques, camions-citernes, véhicules d'approvisionnement de marchés, de commerces d'alimentation, de cafés et restaurants.
Les professionnels du transport bénéficient également des dérogations, comme d'autre professions pour qui l'usage d'un véhicule est "strictement indispensable à l'exercice de leur activité. C'est le cas des transports en commun, des VTC et taxis, mais également des transports scolaires, véhicules auto-école, déménageurs, véhicules de dépannage ou de chantier.

En dernier lieu, les personnes reconnues comme grands invalides (GIG ou GIC) bénéficient de cette même dérogation.
 
18 commentaires - Circulation alternée à Paris : qui peut rouler ? Quelles dérogations ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]