Chinois tué à Paris : "Pourquoi le tir est parti ?", s'interroge sa fille

Chinois tué à Paris :

Une femme tient un drapeau chinois lors d'une manifestation à Paris le 28 mars 2017, pour protester contre la mort d'un Chinois tué par un policier dimanche.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 29 mars 2017 à 11h54

TÉMOIGNAGE - Plusieurs centaines de membres de la communauté chinoise ont encore manifesté mardi soir pour protester contre la mort de l'un d'entre eux, tué par un policier. Une sollicitude qui touche beaucoup l'unde de ses filles, qui s'est dite au micro de RMC "encore très choquée".

Que s'est-il passé dimanche 26 mars ? Shaoyo Liu, un père de famille chinois, a été tué, à son domicile parisien, par le tir d'un policier usant de son arme de service, alors qu'il agressait avec des ciseaux un autre agent, selon la police.

Un voisin aurait appelé les forces de l'ordre "pour signaler la présence d'un homme se déplaçant dans les parties communes avec un couteau à la main" et les policiers auraient forcé la porte alors qu'ils entendaient des "cris" et des "pleurs" à l'intérieur.

Une version contestée par la famille du défunt. L'homme de 56 ans "n'a blessé personne", selon l'avocat de la famille Me Calvin Job. Il n'y a eu "aucun différend familial", a-t-il ajouté. Le défunt, qui se trouvait avec quatre de ses cinq enfants, était "en train de tailler des poissons avec des ciseaux".

Au micro de RMC, l'une de ses filles, qui se dit encore "très choquée", a raconté la scène de l'intérieur. "Ça a commencé à toquer à la porte, a-t-elle expliqué. Une de mes sœurs a regardé dans le trou de la porte. Elle a vu des hommes armés. Ensuite, mon père a essayé de retenir la porte pour ne pas qu'elle s'ouvre. Mais elle s'est ouverte d'un coup, puis un tir est parti. Pourquoi le tir est parti ? On ne sait pas, on ne nous a rien dit. Mais mon père, lui, était déjà au sol et... il n'était plus là". "Je ne pensais pas vivre un jour une telle scène devant mes yeux. Le tir aurait tout aussi bien pu nous atteindre nous aussi, car nous étions tellement près de lui...", a ajouté la jeune femme, qui a été entendue mardi par l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), la "police des polices", comme sa mère et ses frères et sœurs.



LA COLÈRE DE PÉKIN

La mort du quinquagénaire a provoqué des heurts et l'indignation de la communauté chinoise de la capitale. Lundi, un rassemblement de 150 personnes devant le commissariat du XIXe arrondissement a dégénéré et 35 personnes ont été interpellées. Mardi soir, ils étaient plusieurs centaines au même endroit et dix d'entre eux ont été arrêtés. Une mobilisation qui touche beaucoup la famille. "Je les remercie d'être là, car ça permet de faire évoluer beaucoup de choses et rapidement", a déclaré la fille de la victime qui attend maintenant que "la vérité soit établie".

De son côté, la Chine a demandé mardi à la France de garantir "la sécurité et les droits" de ses ressortissants et "exigé" que Paris fasse "toute la lumière sur cette affaire". La sécurité des ressortissants chinois est "une priorité des autorités françaises", a répondu le ministère français des Affaires étrangères.

 
46 commentaires - Chinois tué à Paris : "Pourquoi le tir est parti ?", s'interroge sa fille
  • mais qui a donc appelé la police...? sans doute personne...

  • Aucun ressortissant français n'y a été ainsi été abattu par la police.

  • Pourquoi, oui pourquoi ?
    Avec ce tragique fait divers où un Chinois de 56 ans a été victime du tir d'un policier lors d'une intervention contestée, la communauté chinoise de Paris est indignée et le fait savoir.
    On peut comprendre cette revendication quand on sait qu'il y a pas longtemps, le 23 mars dernier, des dizaines de Français d'origine asiatique lançaient sur les réseaux sociaux une vidéo pour lutter contre les stéréotypes.
    Des dizaines de Français d'origine asiatique, dont la chanteuse Anggun et le rugbyman François Trinh-Duc, avaient lancé sur les réseaux sociaux une vidéo pour lutter contre les stéréotypes dont ils se disent toujours victimes.
    Une dizaine de milliers de membres de la communauté chinoise en France avaient déjà manifesté en 2016, réclamant des mesures de protection et dénonçant le "racisme anti-asiatique", après des actes de violences répétés.
    De ce fait, je pense pouvoir apporter ma contribution bénévole à cette discussion à approfondir en évoquant la vie et les moeurs des ressortissants des Phillippines, par exemple, après une "pratique" maritale pendant 27 ans, 9 mois, 3 semaines et 5 jours ....
    .....
    Texte remis

  • INSUPORTABLE. Non seulement la verité est un droit ,mais cette mort,s'est produit a l interieur de sa maison,en forcant la porte et en presence de ses enfants....il faudra atteindre 30 ans pour connaitre la verité ???? et la famille???
    Recemment, le tourisme chinois n'etais pas negligeable pour la France... la suite??? en attendant les CREENCIERS , on compte sur votre experience ,pour laisser un portier ,avant le depart a la retraite. Bon vent Monsieur le President.

  • Une question: Aurait-on le droit de manifester place Tien A men et de demander des explications aux autorités Chinoises , si le même cas c'était produit pour un ressortissant Français à Pékin ? (J'en doute fort). Avant d'exiger quoique ce soit , les autorités Chinoises devraient "balayer devant leur porte".

    Aucun ressortissant français n'y a été abattu par la police.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]