Cher : enquête pour maltraitances et agressions sexuelles dans une école catholique

Cher : enquête pour maltraitances et agressions sexuelles dans une école catholique

Une descente de gendarmerie à l'institution Angelus, une école catholique située à Presly dans le Cher, a eu lieu vendredi matin 2 juin. (Illustration)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le samedi 03 juin 2017 à 12h17

L'école "L'Angelus" a été fermée par arrêté préfectoral jusqu'aux vacances d'été après des soupçons de maltraitance d'élèves et d'agressions sexuelles.

Ouverte en 2010, l'école catholique traditionaliste "L'Angelus", à  Presly, dans le Cher, qui accueille des élèves, du primaire au lycée, avec "l'Évangile" comme "ligne de conduite", est dans la tourmente. Une enquête judiciaire a été ouverte vendredi 2 juin en raison de soupçons de maltraitance d'élèves et d'agressions sexuelles dans cette école hors contrat, a annoncé le procureur de la République de Bourges lors d'une conférence de presse.

L'établissement scolaire, qui accueille 109 élèves, a été fermée par arrêté préfectoral jusqu'aux vacances d'été, "sur le fondement de la protection de l'enfance, au regard de l'enquête judiciaire en cours".

Une vaste opération de gendarmerie a été lancée vendredi matin pour mener la perquisition dans les locaux de l'école, située à Presly (Cher). Une soixantaine d'enfants ont également été auditionnés.L'opération a été décidée "dans l'intérêt des élèves", "suite à des informations venues à la connaissance de l'Éducation nationale" concernant cet établissement hors contrat, a indiqué le procureur de la République de Bourges, Joël Garrigue, qui était sur place durant toute la journée.

L'abbé en garde à vue

"Il ne s'agit pas d'éléments de dysfonctionnement, mais constitutifs d'infractions pénales : des mauvais traitements sur des enfants (violences, privations de repas, punitions à caractère corporel...) et des soupçons d'infractions de nature sexuelle", a précisé le magistrat. Le procureur a également évoqué des soupçons de "travail dissimulé" et d'"infractions d'ordre économique et financier" ou d'"escroquerie".

Le directeur de l'institution, l'abbé Régis Spinoza, a été placé en garde à vue, essentiellement pour s'assurer de sa présence durant la perquisition, a indiqué le magistrat. Le religieux devait être libéré dans la soirée de vendredi, a-t-il précisé.

 
36 commentaires - Cher : enquête pour maltraitances et agressions sexuelles dans une école catholique
  • il faudrait punir une bonne foi pour toute ce genre d'individu;je comprend pourquoi qu'il y a aujourd'hui de moins en moins de croyants;c'est impardonnable ,dans mon temps cela ne se produisait,pas,les enfants sont inocents,c'est vraiment une honte.

  • On entend pas Chistine Boutin , encore un diable envoyé par l'Elysée, pourquoi la manif pour tous n'est-elle pas dans la rue ,c'est pourtant ses enfants qui étaient dans cette école ?

  • Traditionaliste et hors contrat: tout est dit.
    Le contrôle est administratif et judiciaire et non de l'Education Nationale .

  • Avant de juger, attendons la fin de l'enquête pour avoir des certitudes sur la culpabilité du ou des mis en cause dans cette école.. Toutefois d'autres affaires ont montré qu'il s'agit d'un milieu où la loi du silence s'applique et où le linge sale se lave en famille (la justice de Dieu?!?) , y compris et surtout dans des affaires de maltraitance et d'abus sexuels sur des jeunes enfants et des élèves .

  • des on dit mais attendons les conclusions de l'enquête, après nous pourrons porter un jugement et un commentaire

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]