Calais : début de l'installation d'un dispositif d'aide aux migrants imposé par la justice

Chargement en cours
 Des sanitaires installés dans un dispositif d'aide aux migrants, près des locaux du Secours catholique, le 16 août 2017 à Calais

Des sanitaires installés dans un dispositif d'aide aux migrants, près des locaux du Secours catholique, le 16 août 2017 à Calais

1/2
© AFP, PHILIPPE HUGUEN
A lire aussi

AFP, publié le mercredi 16 août 2017 à 20h42

Les autorités françaises ont commencé à mettre en place à la périphérie de Calais, dans le nord de la France, des éléments du dispositif d'aide aux migrants imposé par la justice en installant dix toilettes et cinq robinets, ont constaté mercredi des journalistes de l'AFP.

Ces sanitaires et ces points d'eau ont été mis en place à quelques kilomètres du centre-ville de Calais où vivent entre 450 et 700 migrants, selon les sources. 

Par ailleurs, "deux camions sur lesquels sont disposées des citernes d'eau potable, 10 latrines supplémentaires et une caravane mobile comprenant huit toilettes et trois points d'eau seront positionnés sur les lieux de stationnement des migrants", a précisé la préfecture dans un communiqué. 

Ce dispositif mobile sera déployé d'ici au 21 août et sera encadré par une association, La Vie active.

Les équipements mobiles "ont été privilégiés afin d'améliorer les conditions d'accueil des migrants, tout en maintenant l'objectif réaffirmé par les pouvoirs publics, et validé par le juge administratif, de non-reconstitution d'un campement (...) afin d'éviter un afflux incontrôlé de migrants", a ajouté la préfecture.

Les autorités cherchent à éviter la reconstitution de campements sauvages comme celui de la "Jungle" de Calais, qui a été démantelé à l'automne et a compté jusqu'à 7.000 personnes, selon les chiffres officiels. 

Le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative française, avait confirmé le 31 juillet l'ordonnance du tribunal administratif de Lille (nord), qui avait ordonné à l'Etat et à la commune la mise en place de mesures pour venir en aide aux migrants, comme la création de points d'eau et de sanitaires.

"On a le sentiment de la mise en place d'un dispositif vraiment a minima, sous la contrainte, parce qu'on a été condamné" et "il n'est toujours pas possible pour les exilés de prendre une douche", alors que le tribunal administratif a rendu son ordonnance fin juin, a dénoncé Vincent De Coninck, chargé de mission de l'association Secours catholique, interrogé sur place par l'AFP.


"On ne peut pas se satisfaire de ce dispositif. L'interprétation qui est faite de l'ordonnance du Conseil d'Etat et de la décision du Tribunal administratif de Lille par les autorités nous inquiète", a-t-il insisté.

Saisi par onze associations et une cinquantaine de migrants, le tribunal avait également enjoint au préfet d'organiser, à destination des migrants qui le souhaitent, des départs de Calais vers les centres d'accueil et d'orientation ouverts sur le territoire français, dans lesquels des places sont disponibles.

Ainsi, les autorités ont annoncé en juillet l'ouverture dans le nord de la France de deux centres d'accueil et d'évaluation des situations (CAES) assurant la mise à l'abri des migrants, l'évaluation sous huit jours de leur situation administrative et leur orientation immédiate vers les lieux adaptés à leur situation. 

Ces deux centres ont ouvert leurs portes et accueilli depuis une bonne centaine de migrants amenés de la zone proche de Calais.

 
159 commentaires - Calais : début de l'installation d'un dispositif d'aide aux migrants imposé par la justice
  • C'est curieux plus les Français se plaignent plus on en remet une couche.Les associations qui ne se justifient que par le plaisir à bafouer les lois,arrivent à leur fin alors que l'on demande sans arrêt des efforts (salaires et retraites bloqués)aux travailleurs qui font tourner l'économie.Curieusement il n'y a plus de sans papier,d'immigration sauvage,mais simplement des migrants???qui empoisonnent les riverains et demandent de plus en plus.A part les pays en guerre,tous ces jeunes gens ont un pays,ils faut croire qu'ils ne cherche qu'à profiter des aides que l'on refuse à bon nombre de résidents légaux.Nous ne sommes pas au bout de nos peines,à voir le nombre de postulants pour notre pauvre France,comparé à l'Afrique.Il nous faut déjà accepter le maghreb;

  • Installation du dispositif d'aide aux migrants, ces résidus ne doivent pas se moquer des français, ils sont mieux vu que nous, à nous de faire le ménage, eh oui, vu nos guignols d'en haut, ce n'est pas fini

  • "Ordonné par le justice" ?
    Donc le gouvernement français ne gouverne plus la France, c'est la justice qui s'octroie cette fonction !

  • pourquoi autant de haines LES MIGRANTS sont des etres humains et ce qui se met en place a Calais c est juste le MINIMUM VITAL. savez vous que le manque d hygiene entraine inevitablement la propagation de graves maladies etc..Ne rien faire ne changera rien a la situation des pauvres gens,des personnes ages en maison de retraite. Une question : si faire partie d une association est si rentable eh bien courez vite a calais...On vous attend

    etsi, il ne s’agit pas de haine , mais de justes réflexion.... L'avenir nous le dira et nos petits enfants en subiront les conséquences quelque soit la morale bonne ou mauvaise que nous pouvons avoir ....

  • Ras la casquette ,des associations !
    Les impôts ne doivent pas systématiquement servir à financer ces gouffres .

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]