Cadre PS hospitalisé : le député LREM, M'jid El Guerrab, en garde à vue

Cadre PS hospitalisé : le député LREM, M'jid El Guerrab, en garde à vue

Le député LREM, M'jid El Guerrab, en mars 2007.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 01 septembre 2017 à 15h40

VIDÉO - Un cadre du Parti socialiste (PS), Boris Faure, est en "soins intensifs" depuis mercredi après avoir reçu des coups de casque d'un député La République en Marche (LREM), M'jid El Guerrab. Ce dernier s'est mis en congé du parti et a été placé en garde ce vendredi 1er septembre.

Une "insulte raciste" serait à l'origine de l'altercation entre les deux hommes.

Selon l'hebdomadaire Marianne, qui a révélé les faits, l'altercation s'est produite mercredi après-midi rue Broca dans le XIIIe arrondissement de Paris. Un témoin interrogé par le journal assure que le député LREM de la 9e circonscription des Français de l'étranger a "asséné un coup de casque très violent puis un deuxième" à Boris Faure, qui est tombé "par terre, en sang".

"JE REGRETTE D'AVOIR CÉDÉ À LA PROVOCATION"

Toujours hospitalisé jeudi soir, le premier secrétaire de la fédération PS des Français de l'étranger n'avait pas encore été entendu par les enquêteurs. Selon l'un de ses proches, Gabriel Richard-Molard, celui-ci "s'est réveillé cet après-midi" et "a pu manger". "Il est en observation", a-t-il ajouté. Plus tôt dans la journée, sa famille avait expliqué qu'il avait dû "être opéré en urgence" après son admission à l'hôpital.

Contacté par l'AFP, M'jid El Guerrab a reconnu un geste violent, tout en affirmant avoir réagi à des "insultes racistes" et à une "agression physique". Une version des faits confirmée par un témoin de la scène, qui affirme avoir entendu Boris Faure dire "sale Arabe" au député. "Je m'excuse pour la violence du geste. Et d'ailleurs, je condamne toute forme de violence car en dépit des paroles et insultes proférées, la violence n'est jamais la réaction appropriée (...) Je regrette d'avoir cédé à la provocation", avait-il déclaré jeudi.


EN CONGÉ DU PARTI

"Je n'ai jamais agressé de mon propre fait Boris Faure. Je me suis défendu après qu'il m'a attrapé le poignet, pour qu'il le lâche. La seule chose que je tenais était mon casque de moto". Le député s'est mis ce vendredi "en congé" de son parti et de son groupe parlementaire afin de permettre à l'enquête de se dérouler de la manière la plus sereine possible. Il a ensuite été placé en garde à vue. "Je souhaite naturellement le rétablissement le plus rapide à Boris Faure", a-t-il écrit sur son compte Facebook.

L'épouse du Boris Faure a elle expliqué ce vendredi à France Info que son mari était "tombé tout à fait par hasard sur M'jid El Guerrab. Il lui a dit : 'Il faut qu'on remette à plat nos conflits, ils ont commencé à discuter, et, tout d'un coup, il a vu M'jid El Guerrab prendre son casque, prendre de l'élan, et taper, taper très fort. Il n'a vraiment pas compris, il n'a pas vu venir le coup".

Le Parti socialiste et La République en Marche ont "condamné" les "actes de violence" commis par M'jid El Guerrab contre le premier secrétaire de la Fédération des Français de l'étranger. "Si les circonstances de cette altercation doivent encore être précisées, aucun comportement ne saurait justifier des actes de violence", a souligné LREM. "Aucun acte de violence n'est tolérable dans notre vie démocratique et notre État de droit", a tweeté Richard Ferrand, président du groupe REM à l'Assemblée, souhaitant un "prompt rétablissement à Boris Faure". 


Les deux hommes nourrissent un contentieux depuis les élections législatives. M'jid El Guerrab (ex-PS) a remporté la 9e circonscription des Français de l'étranger face, notamment, au socialiste Didier Le Bret. Dans un texte publié sur les blogs de Mediapart, Boris Faure accusait en mai M'jid El Guerrab d'avoir rejoint En Marche par "opportunisme", après avoir vu qu'il ne pourrait remporter la primaire locale face à Didier Le Bret. Pour M'jid El Guerrab, cette primaire était une "mascarade" dont le résultat était écrit d'avance. Le candidat Les Républicains (LR) dans la circonscription, Erwan Davoux, a lui demandé la démission du député.
 
384 commentaires - Cadre PS hospitalisé : le député LREM, M'jid El Guerrab, en garde à vue
  • Si cela avait été l'inverse on crierait au racisme
    SOS racisme serait en tête à hurler, mais là...silence.

  • Frapper quelqu'un à coups de casque parce qu'il vous aurait insulté (ce qui est possible dans le cas présent mais reste à prouver autrement que par les dires du scootériste ou ceux de son passager) ne me semble pas pouvoir passer pour de la légitime défense.
    Quant à la deuxième justification, à savoir la saisie du poignet, à moins de s'accompagner de la préparation visible d'un coup, elle ne peut pas davantage justifier une telle réaction. Sauf disproportion considérable de moyens physiques, il est assez facile de faire lâcher prise, au pire avec une clé de bras... Ou de poignet.
    La version de M. M'jid El Guerrab semble finalement bien peu cohérente.

    avatar
    boudiou  (privé) -

    Spécialiste en arts martiaux maintenant...que de talents...

  • Et il a le culot de dire " qu'il est contre la violence". En un mot: c'est moi mais c'est pas moi. Inadmissible, intolérable.

  • Ben dis donc, ça y va en ce moment les bourres pifs dans le milieu !

  • Je vais être très soigneux dans ma rédaction, afin d'être publié ....ce sujet étant en effet on ne peut plus délicat eu égard au patronyme de l'un des acteurs de cette triste affaire.

    Quels que soient les motifs éventuellement mis en avant par le député qui a asséné des coups de casques à son pair .... son attitude est INEXCUSABLE, il est pénalement responsable ! ... ce délit n'est pas couvert par l'immunité .....

    On ne se fait pas justice soi même, .... même si l'on croit tenir un motif valable ....c'est tout. Et c'est à un de nos édiles qu'il faut rappeler ce genre de choses ? .... ça fait peur !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]