Cœur artificiel Carmat : mort d'un 5e patient à Nantes, les tests suspendus

Cœur artificiel Carmat : mort d'un 5e patient à Nantes, les tests suspendus

Un coeur Carmat en septembre 2009.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 30 novembre 2016 à 19h29

Selon les informations d'Europe 1, un cinquième patient greffé d'un cœur artificiel Carmat est mort en octobre à Nantes (Loire-Atlantique). Il faisait partie d'une deuxième phase de tests lancée par la société à l'été 2016.

Une vingtaine de volontaires dans dix centres d'implantation en Europe devaient être concernés. Avant lui, quatre autres personnes avaient déjà perdu la vie lors de premiers essais cliniques entre fin 2013 et début 2016.

De source médicale, il "est mort environ un mois et demi après la transplantation". "Les analyses réalisées n'ont pas montré d'implication de la prothèse dans le décès du patient", a assuré le groupe de biotechnologie.

Le patient avaient été opéré en août 2016 à l'hôpital Nord Laennec de Saint-Herblain, près de Nantes. Son décès, survenu un mois et demi après sa transplantation, a été confirmé par l'Agence nationale de la sécurité du médicament (ANSM) qui a décidé de suspendre les essais dans l'attente de résultats d'expertises pour déterminer les raisons exactes du décès. "L'homme est décédé brutalement à l'hôpital alors qu'un retour à son domicile était prévu quelques jours plus tard", a précisé Europe 1.


Cette deuxième série d'essais était pourtant assortie de critères d'efficacité "beaucoup plus exigeants", avec notamment un critère de survie plus longue, de l'ordre de plusieurs mois. Elle devait permettre à la société, cotée en bourse, d'obtenir les premiers accords préalables à une commercialisation en Europe. Le coeur Carmat est tapissé à l'intérieur d'un revêtement constitué de bio-matériaux tirés de tissus de bovins, pour éviter la formation de caillots sanguins, ce qui le distingue d'autres modèles de coeur artificiel total, lesquels sont par ailleurs à des stades de développement moins avancés.


En janvier dernier, un 4e patient âgé de 58 ans implanté d'un cœur artificiel de Carmat à Paris était mort. La société avait alors souligné que le décès n'était pas lié à la prothèse et ne compromettait pas ses plans. L'insuffisance cardiaque du patient était en phase terminale au moment de son opération. A l'époque, ces premiers tests avaient pour critère principal de succès la survie à 30 jours après l'implantation pour au moins 2 des 4 patients de l'étude. Ce pari avait été réussi, puisque les trois premiers patients avaient respectivement survécu 74 jours, 9 mois et plus de 8 mois après l'opération.

Les deux premiers décès avaient eux été causés par une perturbation de l'électronique de pilotage des moteurs de la prothèse, engendrée par une "micro-fuite de la zone sang vers le liquide d'actionnement de la prothèse", selon les analyses de Carmat. Ce défaut avait été corrigé par la suite. Comme dans le cas du troisième patient, qui était mort des suites d'une insuffisance rénale chronique antérieure à sa transplantation cardiaque, la prothèse du quatrième essai a elle donné "satisfaction tout au long de son fonctionnement", a souligné Carmat.
 
11 commentaires - Cœur artificiel Carmat : mort d'un 5e patient à Nantes, les tests suspendus
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]