Burkini, voile: la laïcité s'apprend aussi sur les bancs de l'université

Burkini, voile: la laïcité s'apprend aussi sur les bancs de l'université

Un prisonnier musulman prie dans sa cellule, le 17 septembre 2009 à la prison de Fleury-Mérogis, près de Paris

A lire aussi

AFP, publié le samedi 08 juillet 2017 à 17h00

Mariage civil, port du burkini ou encore d'un habit traditionnel en prison: Taïcha Ben Taled a potassé tous ces sujets au cours de son cursus "Religions, Droit et Vie sociale" à l'Université de Rennes et reconnaît s'être "enrichi d'une base laïque", pour mieux exercer sa fonction d'aumônier en prison.

Comme l'imam de Saint-Brieuc, une quinzaine de cadres religieux et personnels des administrations, neuf femmes et sept hommes de niveaux disparates allant du bac au master 2, venus de tout l'Ouest, ont composé la première promotion bretonne de ce diplôme universitaire (DU), souhaité par Manuel Valls, ministre de l'Intérieur de l'époque.

Au total, 125 heures de cours ont été dispensés entre septembre et mai, suivis d'un mémoire et d'un oral. Les enseignements ont porté notamment sur les relations entre l'État et les religions, l'individu et la liberté de religion, le Droit des organisations religieuses, l'éthique ou encore la fiscalité des cultes.

Des connaissances qui permettront de "répondre aux questions" des fidèles, explique Taïcha Ben Taled qui a validé son DU fin juin tout comme cinq autres imams.

Lorsque "des couples viendront me voir à la mosquée et qu'ils souhaiteront se marier, je vais leur dire qu'en France, c'est le mariage civil qui compte". Ou si "des détenus me demandent s'ils peuvent revêtir le kamis (habit traditionnel) en prison", M. Ben Taled pourra répondre que non, puisqu'il s'agit d'un établissement public.

"Beaucoup de gens pensent que la laïcité c'est interdire. La laïcité c'est la liberté de chacun d'exercer les religions ou non. Quand je suis universitaire, je n'ai pas le droit de mettre mon voile, quand je sors, je le mets librement", cite en exemple Brigitte Feuillet, responsable pédagogique et professeure de Droit.

"80% des enseignements comportent du droit, qui est finalement un moyen de faire vivre ensemble des pensées différentes, des religions différentes", affirme Mme Feuillet.

Désormais les responsables du culte de toutes les religions que l'État emploie dans les hôpitaux, prisons ou au sein de l'armée ne seront recrutés que s'ils obtiennent ce DU auprès d'un des 14 établissements qui le dispensent en France.

- "Débat du burkini" -

"Sur le papier, la composition de notre formation était improbable, des métiers différents, des âges allant de 22 à presque 60 ans mais on prenait du plaisir à se trouver tous les lundi", déclare Pauline Biou, responsable des aménagements de peine au centre pénitencier de Rennes. 

"Un bol d'air" pour la jeune femme qui s'est longtemps sentie "oppressée par le débat du burkini". Avec ses camarades de classe, "où chacun osait mettre les pieds dans le plat", elle s'est interrogée sur "l'intention religieuse de ce maillot de bain". "On est dans un contexte où l'on met du religieux là ou il n'y en a pas, on mélange tout", regrette la juriste, qui se déclare athée. 

"J'ai appris presque autant dans les échanges informels le temps du midi avec mes collègues que pendant les cours", ajoute la major de sa promotion où religieux et anti-religieux se côtoyaient. "C'est passionnant parce que eux se demandaient comment on peut vivre sans croire et nous inversement".

"Si nous n'étions pas d'accord, on en discutait sans être emporté par des élans d'enthousiasme religieux", atteste Florence Simiand, en charge de l'aumônerie catholique de l'enseignement public d'Ille-et-Vilaine.

"J'espère à terme dans la mission qui est la mienne expliquer auprès des collégiens et lycéens à quel point chacun peut s'exprimer mais qu'il faut respecter le cadre légal dans lequel on vit", poursuit la responsable diocésaine.

A l'issue de la formation, Pauline Biou dont le mémoire portait sur "le port du vêtement cultuel en détention", sait désormais vers quel texte de loi se référer dans son quotidien professionnel. Pour autant, elle admet qu'"il s'agit beaucoup d'une question d'appréciation". "Je suis repartie avec plus de questions qu'au départ. C'est pas plus mal finalement, cela montre que le sujet est très mouvant et pas arrêté."

we/jlv/gvy/bd

 
78 commentaires - Burkini, voile: la laïcité s'apprend aussi sur les bancs de l'université
  • Je repose la question : Le burkini est-il toléré dans les camps naturistes ?

    Vous l'avez dit : yadutaf83, mais avec un humour tellement "nature" que l'hilarité (avec ou sans) est de rigueur ! Merci.

  • Se cultiver sur les débats philosophiques où le religieux intervient cela peut être intéressant en prenant en compte qu'il y a un respect du pays dans lequel on vit et où se vêtir quand on travaille, quand on a une vie sociale etc, doit être sous des règles des tenues occidentales.. Universelles, et où cela fut le cas longtemps...

    Avant que d'autres demandes s'imposent sur des requêtes.... Et d'associations diverses du cultuel etc...

    La neutralité intervient dans la sphère publique où travailler, ne peut pas permettre les tenues sous une éthique religieuse et d'ailleurs, cela ne s'imposait nulle part, hier..

    Donc, pour se respecter, il faudrait la prise en compte des tenues occidentales qui ont toujours été celles liées à des valeurs Universelles, où chaque personne qui a une confession ou éthique peut suivre son éthique religieuse, mais dans la sphère publique, elle doit éviter ces longues tenues noires où des femmes sont à peine visibles et où cela s'est vu en nombre croissant sur tous les âges et en particulier les jeunes...
    Donc, il ne faut pas avoir le sentiment de lieux qui envahissent la voie publique où les autres tenues restent minoritaires et pourtant occidentales.. Cette réalité, peu de personnes comprennent les inconvénients de ces tenues où hier, ces femmes étaient en tenues occidentales..

    Si les débats restent nécessaires et de personnes ayant les bonnes intentions, la réalité ne peut en aucun cas, minimiser, ces tenues où dans des zones où il y a une concentration de la confession musulmane, où elles sont en nombre supérieur aux autres tenues.. D'où cette perception de ne plus vivre au sein de son pays et où les valeurs de liberté, égalité et fraternité sont mises en application..
    Cette réalité doit être pris en compte, où c'est quand il y a des concentrations de tenues longues et noires qui sont loin de démontrer cette égalité et des valeurs de liberté qui appartiennent aux démocraties...

    Si autant de personnes s'en inquiètent, c'est qu'il a été démontré que sur des conférences où des conférenciers controversés sont venus transmettre et donner des explications qui vont dans le sens de l'Islam rigoriste qui va souvent avec ceux qui se sont radicalisés et donc, soustraits de l'Ecole Publique et où ils vont désormais dans les Ecoles Coraniques hors contrat, où il n'y a pas de droit de regard sur l'enseignement qui est transmise concernant l'éthique religieuse...
    Où le nombre de ces écoles reste une réalité et où des dérives sont intervenues et ces faits furent médiatisés et à la connaissance de tous..

    Donc, il y a bien un recul de ceux de cette confession qui interviennent en laissant entendre qu'ils sont libres d'opter sur les tenues et l'éthique religieuse, excepté, que dans le quotidien cela éloigne davantage les citoyens et où d'ailleurs, ils s'éloignent des valeurs de la République et de cette démocratie... Sur un retour à des discours rigoristes n'ayant aucune compatibilité avec cette nécessité de prendre en compte le respect de ceux qui ne vivent pas sous des diktats...

    Revenant sur le burkini, cela va rester un débat et loin d'être acquis de tous... Car, ce qui fut expliqué, c'est sur le règlement de l'hygiène où une tenue de bain : Reste un maillot et non des robes longues et autres tenues qui ne sont pas en compatibilité avec les tenues de la plage..

    Et, où ce burkini fut dénoncé, en période d'attentats sanglants où les tensions étaient telles et c'est sur le risque au trouble à l'ordre public, qu'elles furent interdites, et où les tensions sont aussi importantes à ce jour, sur les menaces d'attentats qui perdurent dans des lieux où ils ont été sous des attentats sanglants où toutes ces vies furent brisées par l'Islam radicalisé et où c'est l'obscurantisme et le fanatisme qui ont permis ces actes de terreur, où certains sont radicalisés et sont sous l'adhésion à ce formatage sous l'embrigadement sectaire; où maintes constats se font dans le quotidien, de ceux qui vivent insidieusement à des fins d'actes malveillants et où ils sont sous ces adhésions à ces diktats et au refus des tenues occidentales et où ils traitent les citoyens de mécréants etc...
    De nombreux reportages furent transmis dans des émissions d'investigations où cela fut expliqué et où des intervenants restaient sous des questions légitimes...

    Alors, oui, s'élever philosophiquement, c'est très intéressant, mais, quand il y a autant de gens radicalisés et qui? pour certains, sont passés à l'acte, sur des attentats sanglants et où les spécialistes du terrorisme évoquent les profils divers et variés, des fichés S, qui sont dans une environnement où en citoyen lambda ils sont en liens avec ceux qui sont sur des projets malveillants etc... Le procureur Molins et des spécialistes l'évoquent régulièrement sur des constats médiatisés où la prise en compte s'avère nécessaire, tant, il y a tous les jours des faits qui inquiètent les citoyens attachés aux valeurs de la République et de la démocratie...

    Ces tenues devraient être dans la sphère privée... Car, des enfants sont soumis à ces tenues et soustraits de l'enseignement de l'ouverture et où ils sont fermés et ne peuvent plus être sous des valeurs d'égalité et c'est ainsi, que les tensions réelles commencent et de ceux qui sont dans ces tenues et qui visent ceux qui sont en tenues occidentales...

    Il suffit de faire le rappel, de cet homme radicalisé qui avait attaqué des enfants, chez eux, considérés, trop dénudés en plein été...
    Et les tensions perdurent dans le quotidien sur les constats où les citoyens s'éloignent et parce qu'il y a ce retour d'un Islam rigoriste où d'autres vivent insidieusement et sont en liens avec ceux qui sont radicalisés et où la prise en compte de :

    Liberté, Egalité et Fraternité deviennent quasi une utopie, quand certains, n'ont aucun respect pour ces valeurs de la République, où la démocratie qui pourrait vaciller, si il n'y a pas une éducation civique de ceux qui vivent au sein des démocraties et qui doivent respecter les règles en communauté, à savoir :

    Quand une femme qui refuse un médecin de l'ausculter, alors qu'elle est sur le point d'accoucher et qu'il y a des dérives sur la colère à ne pas aboutir et se trouvant dans un hôpital, ces faits sont fréquents...

    Quand, un autre, avec un couteau, sur un regard blesse plusieurs personnes dans un hôpital etc...

    Combien de faits médiatisés ? Tous les jours ?

    Tant de faits, au quotidien, qui inquiètent tous les citoyens de ce déséquilibre et de ceux qui sont infiltrés et qui vivent insidieusement et qui sont sur des projets en actes isolés ou de masse...

    Tout ceci reste sous les experts qui expriment ces constats et où dans le quotidien, ce retour de ces femmes en tenues longues noires où des lieux ne sont plus accessibles aux tenues occidentales où La Maire de Paris, Mme Hidalgo est interpellée, sur le fait, d'un lieu en recul, aux tenues occidentales etc....
    Où ces femmes occidentales ne s'y rendent plus, sur de réelles menaces.... Des propos injurieux et autres où elles finissent par ne plus s'y rendre etc...

    Tous ces débats philosophiques comptent, doivent être permis pour évoluer et faire évoluer....

    Mais, avant tout, sans la prise en compte du pays dans lequel on vit, on évolue, l'importance du devoir civique à respecter autrui et ce qui contraint un citoyen à vivre sous les valeurs de la République et de la démocratie...

    Où les règles sont les mêmes Universelles, d'où que l'on soit, d'où que l'on vienne....

    Ces règles sont pour tous, les mêmes... A être transmises sur une éducation parentale...

    Idem, pour l'éducation... Les tenues Universelles à toutes celles qui étudient, en prenant compte de celles qui luttent pour s'en libérer, et au péril de leur vie... Dans les pays de la Tunisie et autres pays où il y a de nouveau une poussée du fondamentalisme etc...

    Donc, tout reste intéressant, à partir du moment où tous se respectent, dans les divergences en ne s'imposant pas aux autres des menaces quand ils ne respectent pas les diktats.

  • Quelles que soient les déclarations de quelque représentant de l'islam quel qu'il soit, ses déclarations devront être prises en considération et paraîtront crédibles lorsqu'il acceptera sans ambiguïté la reconnaissance de l'abandon de la suprématie jusqu'alors accordée aux lois coraniques sur les lois de la république sachant que la charia ne concerne pas seulement l'aspect juridique de l'islam et en particulier le droit pénal , mais la charia est bien " la loi islamique " dans un sens beaucoup plus général puisqu'elle régit l'ensemble des droits et des devoirs autant collectifs qu'individuels de tout musulman . En clair la charia régle tout acte de ma vie du musulman dans son quotidien . Que doit-il se passer quand la charia est en opposition ou contradiction avec les lois de la république? J'attends donc de tout déclarant musulman qu'il prenne position dans le cadre de la réponse à cette question et qu'il se comme se positionne clairement et sans ambiguïté, comme doit impérativement le faire le CFCM et tous les membres. Représentants tous les courants de l'islam qui y adhérant bien qu'il n'abordent jamais ce sujet. Pourtant cela contribuerait se régler l'essentiel des problémes d'intégration des musulmans de France.

  • Tous ces déguisements d'un autre âge doivent être interdits au sein de nos université, afin de respecter la France qui les accueille, nourris, et les enseigne les étudiants universitaires.

  • Un début de commencement d'explication du vivre ensemble ?

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]