Brevet des collèges: 89% de réussite, en hausse de 1,7 point

Brevet des collèges: 89% de réussite, en hausse de 1,7 point

Près de 720.000 candidats, collégiens pour la plupart, ont été admis au brevet en 2017, soit un taux de réussite de 89%, supérieur de 1,7 point par rapport à l'année précédente, selon les résultats provisoires annoncés jeudi...

A lire aussi

AFP, publié le jeudi 13 juillet 2017 à 18h44

Près de 720.000 candidats, collégiens pour la plupart, ont été admis au brevet en 2017, soit un taux de réussite de 89%, supérieur de 1,7 point par rapport à l'année précédente, selon les résultats provisoires annoncés jeudi par le ministère de l'Education nationale.

Plus d'un quart (26,1%) des candidats, élèves en classe de troisième, ont obtenu la mention très bien, 23,1% la mention bien, 21,2% la mention assez bien et 18,6% ont été reçus sans mention.

La série générale, qui concerne 91% des inscrits, détient le taux de réussite le plus élevé, avec 89,8% de lauréats, en hausse de deux points par rapport à 2016.

Chez les candidats de la série professionnelle, 79,7% ont décroché ce diplôme, un taux qui a reculé de 1,5 point comparé à l'année précédente. 

Il s'agissait cette année d'un brevet nouvelle formule, qui a pris en compte la réforme du collège, mise en oeuvre depuis la rentrée 2016.

Une bonne partie des points avait été attribuée avant le passage de l'examen écrit fin juin, puisque l'évaluation du "socle commun" (400 points sur les 700 du brevet) s'appuie sur le contrôle continu en cours d'année. Ce socle commun de connaissances comprend huit composantes, axées sur le français à l'écrit et à l'oral, les mathématiques et les sciences, la formation du citoyen, etc.

Le brevet, dont l'ancêtre (le BEPC) a été créé en 1947, est un diplôme qui atteste des connaissances et compétences acquises en fin de collège, selon l'intitulé du ministère de l'Education. Passé par des adolescents qui ont pour la plupart 14 ou 15 ans, il se situe donc peu avant la fin de la scolarité obligatoire (16 ans en France).

Comme pour le bac, certains s'interrogent sur son utilité -les épreuves écrites ont d'ailleurs été supprimées un temps, au début des années 1980-, mais ses défenseurs répliquent qu'il s'agit d'une première expérience de passage d'examen pour les adolescents.

En 2016, 87,3% des jeunes candidats avaient été admis.

fmp/sva/er

 
21 commentaires - Brevet des collèges: 89% de réussite, en hausse de 1,7 point
  • Voila une illustration du contrôle continu pour les examens ! aucun collège ne veut avoir moins de réussite que le collège voisin ... et les élèves moyens , voire faibles pour ne pas dire autre chose arrivent le jour de l'examen en l'ayant déjà ou au pire en ayant très peu de points à glaner à des épreuves de plus en plus faciles et" si ce n'est pas suffisant... car les inspections académiques ou les rectorats , eux non plus ne veulent pas être plus mauvais que les autres ... il y a les fameuses commissions d'harmonisation qui " rattrapent à des moyennes très très faibles jusqu'à ce que le taux de réussite soit au m^me niveau que les autres ! ! ainsi aujourd'hui il faut pratiquement le faire exprès pour ne pas l'avoir
    Le nouveau gouvernement va appliquer ce système au Bac ... ben voyons !

  • Normal que les résultats en lycée professionnel soient moins bon qu'en collège puisque la politique des collèges c'est d'envoyer les moins bons élèves et surtout ceux qu'ils ne veulent plus chez eux dans les LP. L'orientation est à revoir puisque même les élèves qui sont tout juste autour de la moyenne sont orientés vers les lycées généraux. Une bonne partie de ces élèves sont réorientés en 1er en lycée prof (classe passerelle) et ils leur manquent toutes les bases de l'apprentissage de la seconde.
    Il faut aussi savoir qu'une grande majorité d'élèves ne poursuivent pas d'études après le BAC Général ou 1 seul année d'étude en fac qu'il quitte vite car ils n'ont pas le niveau. On les retrouve ne formation adultes 2 ou 3 ans après entrain de préparer un CAP. Dommage que le BAC PRO ne soit pas mis en valeur par nos gouvernants car après un BAC PRO on peut continuer ses études comme un BAC général (BTS, Licence, Agrégation, Master ...).
    En ce qui me concerne je suis devenu prof avec un BEP et j'enseigne avec succès depuis plus de 34 ans et j'ai qu'une hâte c'est prendre ma retraite car je suis dégouté du système. Une très grande majorité de mes élèves ont un travail à l'issu de leur formation.

  • Brevet des collèges , bac . Ne vous leurrez pas ,jeunes gens ,on vous distribue à tout va des diplômes qui n'ont ,hélas ,que bien peu de valeur . Les profs honnêtes vous le diront ,ils ont ordre de donner des notes qui ne reflètent en rien ,bien souvent ,la valeur des copies à corriger .Vous avez un beau diplôme en main , mais vos futurs employeurs vous jugeront sur votre réelle valeur et vous risquez de tomber de haut .Vive la Gauche triomphante et généreuse !

  • et chaque année c'est la même chose : des proviseurs et des principaux qui se félicitent de ces scores absurdes ; sont ils vraiment dupes ou sont ils tout simplement idiots ?

  • Encore un examen que l'on donne à prersque tout le monde, alors que ce même monde ne sait pas écrire et s'exprimer correctement en français et qu'il est nul en mathématiques.
    Il est trop facile de distribuer des sucettes à nos jeunes et de leur faire croire qu'ils sont des génies.
    Leur réveil, quand il faudra qu'ils s'assument avec un métier et un salaire honorables risque d'être douloureux !!!

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]