Bonnenote.fr, le Uber des devoirs bientôt suspendu ?

Bonnenote.fr, le Uber des devoirs bientôt suspendu ?

Un enfant fait ses devoirs à Lille, le 11 mars 2015.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 17 février 2017 à 18h38

Vendredi 17 février, le premier syndicat lycéen a réclamé la suspension du site Bonnenote.fr, qui propose aux collégiens, lycéens ou étudiants de rédiger leurs devoirs, moyennant finances.

Le Syndicat général des lycéens, le SGL, dénonce "un Uber des devoirs" et "une marchandisation de l'éducation", qui vont "accroitre les inégalités entre lycéens ayant les moyens de payer leurs devoirs et les moins aisés". L'organisation lycéenne réclame "la suspension du site Bonnenote.fr dans son modèle actuel et de toute initiative de ce type", dans un communiqué.

Le SGL, première organisation lycéenne, met par ailleurs en doute l'intérêt pédagogique de ce type de services, récent en France, mais qui existe depuis longtemps aux États-Unis. Lors des examens, l'élève ne peut compter sur ses propres ressources, rappelle le SGL.

La plateforme Bonnenote.fr indique, elle, permettre aux élèves et étudiants "de faire appel à des rédacteurs spécialisés par matière et niveau académique afin de les aider à réaliser des devoirs de qualité". Les collégiens, lycéens et étudiants francophones "du monde entier" peuvent "commander en ligne des devoirs sur mesure" dans une centaine de matières, explique-t-elle.

Concrètement, le client indique le type de devoirs à effectuer, le nombre de pages voulues (le site va jusqu'à préciser le nombre de mots par pages - 300 -) et le délai. Il faut ensuite passer à la caisse : pour une dissertation de philo de trois pages dans 12 heures par exemple, il en coûte 66 euros 24 centimes. Un peu moins de 32 euros si c'est pour dans deux semaines.

Au moment du paiement par carte bleue, le site précise que le commanditaire doit avoir obligatoirement au moins 18 ans. Mais Bonnenote.fr propose des devoirs aux collégiens et lycéens, dont la plupart sont mineurs.

Des expériences mitigées

Les rédacteurs recrutés par Bonnenote.fr sont "méticuleusement sélectionnés", des professeurs, doctorants, diplômés, étudiants en fin d'études, qui "ont tous pour intérêt commun d'aider et de partager leurs connaissances", assure la plateforme.

Pourtant, un journaliste du Parisien, qui a testé le site il y a quelques jours, en a tiré une expérience mitigée. En commandant un devoir de philosophie du niveau terminale littéraire, avec un sujet classique - "La loi s'oppose-t-elle à la liberté ?" -, il a récolté la note de 8/20. En cause d'après le professeur qui l'a corrigé : "Il n'y a pas de problématique, le plan en deux parties affaiblit beaucoup le devoir, les termes du sujet ne sont pas analysés et il manque des références attendues".

En effet, il semble que le logiciel anti-plagiat du site empêche les rédacteurs de laisser libre cours à leurs références culturelles. Mais, comme le souligne l'enseignant correcteur, "les insuffisances de ce devoir le rendent crédible, estime le prof. Un enseignant pourra penser que c'est le travail d'un élève qui manque de méthode et de connaissances mais qui s'applique".

 
7 commentaires - Bonnenote.fr, le Uber des devoirs bientôt suspendu ?
  • Au pays de la tricherie, Uber est roi ! Mais les naïfs , victimes payantes de ce fossoyeur d'emploi, vont vite déchanter quand les entreprises imposeront un examen ou un concours d'embauche, sur site , vierge de tout appareil électronique! Cela se pratique déjà et comment ne pas comprendre l'extension du phénomène ? Par ailleurs , les écoles de renom sachant s'organiser et encadrer leurs élèves, au prix fort, seront toujours là pour les recevoir, du moins ceux qui pourront financièrement supporter la charge. Il en sera ainsi fini du concept d'égalité recherché, au profit d'un "entre-nous" existant déjà , et se développant au gré des malheurs de notre éducation nationale! Il serait grand temps que celle-ci "balaie devant sa porte"...

  • Comme quoi nos jeunes ne sont ni des écervelés, ni des fainéants!

    Mais une question politico-philosophique se pose: au-delà de l'enrichissement personnel du créateur du site, l'appauvrissement intellectuel de la jeunesse ne serait-il pas le but recherché?
    C'est bien connu que l'on gouverne mieux un peuple ignorant...

    J'ai l'impression que vous poussez le bouchon un peu loin.
    J'y vois plutôt des gens qui veulent se faire du fric. A 66 euros la disserte, d'autant qu'elle peut resservir.

  • Si un service se crée, c'est qu'il y a un besoin non satisfait ! On ne peut pas seulement remplir la tête des élèves. Encore faut-il leur apprendre à apprendre, à travailler, et surtout à raisonner. Cela fera peut-être, dans une génération, plus des parents capables de relayer les enseignants, une fois l'élève rentré à la maison. Ha! mais j'oubliais, les devoirs à la maison ne sont plus ni nécessaires et encore moins voulus. Il n'y a qu'à comparer la qualité de l'enseignement primaire et secondaire (la clef pour la suite) dans notre pays avec d'autres proches.

  • quoi il y plus de profs en France ???il y a uber .uber .......sa me rappelle une chanson tous nul pas un seul pour ratraper l autre

  • y'a peut-être plus urgent à faire, pour les prochaines élections (au hasard, un programme ) que de parler de la colonisation, non ?

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]