Bonbons : les enfants largement exposés à l'E171, nanoparticule "cancérigène possible"

Bonbons : les enfants largement exposés à l'E171, nanoparticule

Un enfant dans un magasin de bonbons (Illustration)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 28 octobre 2016 à 13h50

Elles ne sont déjà pas vues d'un bon œil par les autorités sanitaires, et cette nouvelle étude ne va pas arranger les choses. Des centaines de sucreries ont été passées au crible par l'association Agir pour l'environnement, dans le cadre d'une enquête menée "à l'occasion d'Halloween", dont les résultats ont été dévoilés ce jeudi 27 octobre.

Verdict : plus de 100 confiseries destinées aux enfants (bonbons, chocolats, gâteaux, chewing-gums) contiendraient des substances nanoscopiques suspectées d'avoir des effets nocifs sur l'organisme.

LE DIOXYDE DE TITANE DANS LE VISEUR

Principal accusé : le E171, un additif alimentaire fréquemment utilisé dans la conception des sucreries. Ce colorant contient du dioxyde de titane, un pigment suspect tellement petit qu'il ne peut être évacué par l'organisme. "Le dioxyde de titane a été classé cancérigène probable et on le suspecte d'avoir des effets toxiques sur l'ADN et les cellules", explique ainsi une responsable d'Agir pour l'environnement, interrogée par La Parisienne. "Sa présence sous forme nanométrique augmente sa dangerosité car il est capable de franchir les barrières de l'intestin, du cerveau et des reins et de s'accumuler dans l'organisme", note Magali Ringoot, coordinatrice des campagne de l'ONG.


La substance a été classée en 2006 dans la catégorie "2B", celle des "possibles cancérigènes", par le Centre international de recherche sur le cancer. Elle est toutefois largement utilisée dans de nombreux produits, tels que les crèmes solaires ou le maquillage. Sur le plan alimentaire, l'échelle nanométrique de la particule "augmente sa dangerosité".

UN MORATOIRE SUR LES NANOPARTICULES

Le communiqué de l'ONG fait état "d'effets toxiques" documentés tels que des dysfonctionnements de l'ADN, des réactions inflammatoires, ou la mort de cellules. Selon la même source, l'institut sanitaire des Pays-Bas vient d'alerter sur les risques du dioxyde de titane sur le foie, les ovaires, et les testicules.

Plus préoccupant encore : l'exposition accrue des enfants à ces substances. Selon Agir pour l'environnement, les enfants "consommeraient deux à quatre fois plus de titane que les adultes du fait de leur consommation de sucreries". Face à ce constat, l'ONG réclame un moratoire sur les nanoparticules "qui doit être mis en place de façon urgente, notamment dans les produits alimentaires destinés aux enfants".

 
17 commentaires - Bonbons : les enfants largement exposés à l'E171, nanoparticule "cancérigène possible"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]