Béziers ou les assauts anti-migrants perpétuels de Robert Ménard

Béziers ou les assauts anti-migrants perpétuels de Robert Ménard

Des Biterrois manifestent le 19 septembre 2015 pour l'accueil des réfugiés dans leur commune.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 11 octobre 2016 à 17h52

Robert Ménard fait à nouveau parler de lui. Le maire de Béziers a mis en place une campagne d'affichage dénonçant l'extension du centre d'accueil des demandeurs d'asile, un Cada, sur sa commune.

"Ça y est ils arrivent...

les migrants dans notre centre-ville", proclament les affiches placardées dans Béziers où on peut apercevoir la cathédrale Saint-Nazaire de Béziers avec au pied un groupe d'hommes, a priori représentant des réfugiés. Et en guise d'en-tête : l'État nous les impose".


D'après le quotidien Midi Libre, dont l'information est reprise partout, ces affiches sont apparues ce mardi 11 octobre partout dans Béziers. Pourtant, le maire apparenté FN, Robert Ménard s'est insurgé sur le passage de 50 à 90 places d'accueil pour les demandeurs d'asile, imposé par Paris, dès vendredi, dans un communiqué. "Alors que la municipalité travaille depuis plus de deux ans à la redynamisation du centre-ville, cette annonce sonne comme un coup de poignard dans le dos des Biterrois. En attendant l'ouverture d'un autre centre, cette fois réservé aux migrants de Calais ?"


Robert Ménard, même s'il joue au chat et à la souris avec le Front national, est coutumier des polémiques anti-migrants. Déjà en septembre 2015, il s'était servi du journal municipal pour attaquer les réfugiés, en les accusant dans un photomontage, de venir en France pour la "scolarité gratuite" et "les allocations pour tous".

L'édile de Béziers a également décidé d'organiser une consultation populaire sur l'accueil des réfugiés et l'a inscrite à l'ordre du jour du conseil municipal du 18 octobre. "Le but de la municipalité, avec cette consultation et les affiches, est de dire la vérité aux Biterrois, c'est-à-dire que l'État a décidé d'imposer, sans daigner consulter le conseil municipal et le maire, l'installation de nouveaux migrants dans le centre-ville de Béziers. Le maire n'est pas d'accord avec cette manière de fonctionner et il souhaite poser la question aux Biterrois.", a-t-il expliqué à Midi Libre.


Mais cette consultation pourrait bien être illégale puisque l'accueil des réfugiés est la compétence de l'État et non de la commune. Robert Ménard pourrait donc connaître de nouveau une invalidation comme ce fut le cas pour la garde biterroise ou l'ADN des chiens.
 
65 commentaires - Béziers ou les assauts anti-migrants perpétuels de Robert Ménard
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]