Balcon effondré à Angers : un ancien locataire évoque des fissures, le syndicat se défend

Balcon effondré à Angers : un ancien locataire évoque des fissures, le syndicat se défend

Un balcon du "Surcouf" s'était effondré alors que plusieurs jeunes s'y trouvaient

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 17 novembre 2016 à 12h20

Un mois après l'effondrement d'un balcon à Angers, qui a fait 4 morts et 14 blessés, des nouvelles révélations ont été apportées par Ouest-France ce mercredi. Le journal a rapporté le témoignage d'un des anciens locataires de l'immeuble, qui a affirmé aux enquêteurs avoir signalé des problèmes à son agence immobilière.

Quelques heures plus tard, le syndic de l'immeuble a assuré n'avoir jamais été saisi quant à des fissures sur les balcons. Dans la soirée du 15 octobre, le balcon d'un logement situé au 3e étage s'était effondré, alors que plusieurs jeunes s'y trouvaient à l'occasion d'une pendaison de crémaillère organisée par deux jeunes filles. Le balcon avait entraîné dans sa chute ceux des deux étages inférieurs.


Une information judiciaire contre X pour homicides et blessures involontaires a été ouverte depuis lors. "Après les vérifications appropriées, nous sommes en mesure d'affirmer que nous n'avons identifié absolument aucune saisine de notre cabinet relative à des fissurations ou autres désordres susceptibles d'affecter la solidité des balcons ou de toute autre partie commune à usage privatif de la Résidence", se défend le cabinet Pigé & Associés, syndic de l'immeuble "Le Surcouf", dans un communiqué.

Selon Ouest-France, "un salarié de cette société immobilière se serait déplacé. Mais il n'aurait manifestement rien trouvé à redire". Le parquet d'Angers n'a pu confirmer ces éléments. Le responsable de l'agence Citya d'Angers n'était pas joignable.

 
9 commentaires - Balcon effondré à Angers : un ancien locataire évoque des fissures, le syndicat se défend
  • Effectivement, les malfaçons sautent aux yeux, ainsi que leurs conséquences (outre la chute du balcon...). La cassure parfaitement verticale et nette montre que le balcon n'a pa été coulé en même temps que le plancher, mais après, sans aucune précaution pour la reprise (3 à 4 cm d'appui physique sur le mur inférieur) et grattage du béton fraichement coulé pour améliorer l'adhérence. Le diamètre des aciers supérieurs (qui travaillent en extension) semblent légers et ne pas présenter le pourcentage minimum. En outre, la zone noircie aurait d^alerter depuis longtemps, à la fois les locataires et le propriétaire. Sans compter que l'intérieur ne doit pas être beau à voir en partie basse!
    Encore une "catastrophe naturelle" en perspective, avec une augmentation en perspective des cotisations d'assurance pour tous ceux qui bossent en respectant les lois et règlements....

  • Une petite anecdote. Au Havre, une locataire signale à sa propriétaire des fuites au plafond de son couloir et salle de bains. Elle lui répond de s'adresser à la co-propriété. Un salarié de cette sté, plombier en l'occurrence, vient et très gêné parle d'une fuite peut être due à la pluie, alors que cet appartement est au 2ème étage, ne sachant comment justifier cette fuite, mais pourquoi était il si gêné c'est qu'il avait fait des travaux au noir à l'étage du dessus. Alors intervient l'assurance de la locataire qui se met en rapport avec la co-propriété, et la secrétaire lui dit, que c'est une bassine qui a coulé, selon le rapport dudit plombier, folklorique non, certes il avait réalisé des coffres pour caché les tuyaux de plomberie chez ses copains, il n'avait pas envie de tout démonter. Alors, oui il y a encore bien souvent hélas beaucoup de détournements de la vérité , chacun veut surtout ne pas être responsable

  • j'oubliai , toujours mettre sur un pli ou une lettre recommandée , l'historique des envois précèdents en debut de texte .le destinataire ne contestant pas le texte ne pourra pas dire près que c'est faux .

  • Nous pouvons croire cet ancien locataire, car nous connaissons comment se comportent les co-propriétés, des charges facturées non justifiées, des soi-disants travaux effectués, aucune preuve un délai d'un an pour répondre à une demande de travaux, oui il faudrait aussi mettre de l'ordre dans ces co-propriétés, messieurs les candidats aux diverses élections

  • Il n'y a pas besoin d'être ingénieur pour voir les énormes carences du ferraillage , mais pas que!!! ce balcon semble avoir été coulé dans un deuxième temps De plus les agences immobilières ne connaissent pas grand chose techniquement en bâtiment,ce qui les intéresse c'est le pognon!!!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]