Baccalauréat : des candidates voilées se plaignent de fouilles "inacceptables"

Baccalauréat : des candidates voilées se plaignent de fouilles "inacceptables"

Des lycéennes s'indignent d'avoir dû "soulever" leur robe avant de passer une épreuve du baccalauréat.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 21 juin 2017 à 19h00

Des lycéennes voilées d'un lycée hors contrat assurent avoir subi des fouilles qu'elles considèrent abusives avant de pouvoir passer des épreuves du baccalauréat, rapporte le Figaro, mercredi 21 juin.


C'est au lycée Victor Hugo, dans le 3e arrondissement de Paris, que les faits se sont déroulés. Randa, scolarisée au lycée Méo High school (PHS), qui permet de porter le voile en classe, a raconté sur Twitter l'incident.

Elle s'indigne d'avoir dû "secouer (ses) cheveux", "retirer (sa)chemise", ou encore "soulever (sa) robe". Elle comprend cependant que le personnel du lycée se devait de vérifier les oreilles des candidates, cachées sous le voile, pour s'assurer qu'elle ne portaient pas d'oreillettes. Elle indique également que ces fouilles ont eu lieu juste avant le début de l'examen, alors que les candidats étaient déjà installés à leur table.

RUPTURE D'ÉGALITÉ

Pour la directrice du lycée MHS, "il y a eu une rupture d'égalité avec les autres élèves". "Vérifier les oreilles c'est normal, mais enlever les vêtements, leur demander de soulever les robes et les jupes, c'est inacceptable", s'est-elle insurgée, citée par Le Figaro. Elle a annoncé son intention de "monter un dossier" avec les "sept élèves" concernées avant de contacter le lycée Victor Hugo.

"Ces élèves issues d'un lycée hors contrat ont évidemment le droit de venir voilées à l'examen. Mais il est d'usage de procéder à des vérifications pour empêcher les dissimulations d'écouteurs ou d'oreillettes sous le voile, voire d'antisèches sous les vêtements amples", a précisé l'académie de Paris. D'après la loi de 2004, les candidats venus du privé doivent "se soumettre aux règles d'organisation de l'examen qui visent notamment à garantir le respect de l'ordre et de la sécurité (...) ou à prévenir les risques de fraudes". Mais rien ne les empêche de porter des signes religieux, rappelle Le Figaro.

"La cheffe d'établissement nous a raconté la façon dont cette vérification s'est déroulée sans aucune ambiguïté. Les élèves n'ont opposé aucun obstacle. Elles sont allées dans une salle annexe. Il n'y a eu aucune injonction d'enlever des vêtements, de secouer les cheveux ou de soulever leurs robes", explique l'académie, qui met en avant la bonne volonté des élèves concernées. "Elles ont tout de suite enlevé leur voile, et l'une d'entre elle a pris l'initiative de soulever sa robe, geste qui a ensuite été imité par ses camarades. Il n'y a, en aucune cas, eu d'ordre de le faire."
 
457 commentaires - Baccalauréat : des candidates voilées se plaignent de fouilles "inacceptables"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]