Auxerre : des patients souffrant d'un cancer privés de chimiothérapie

Auxerre : des patients souffrant d'un cancer privés de chimiothérapie

L'hôpital est en rupture de stock de carboplatine, une molécule anticancéreuse (photo d'illustration).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 09 juillet 2017 à 16h55

Des malades traités par chimiothérapie à l'hôpital d'Auxerre (Yonne) sont obligés d'aller jusqu'à Sens pour suivre leur traitement.

Depuis le 3 juillet, les patients de l'hôpital d'Auxerre soignés par chimiothérapie ne peuvent plus recevoir leur traitement à cause d'une pénurie de carboplatine, une molécule anticancéreuse, utilisée pour soigner certains cancers, notamment celui du poumon ou des ovaires.



"Quand la première poche était vide, l'infirmière est venue pour me dire qu'elle ne poserait pas la deuxième, parce qu'ils étaient en rupture de stock. On m'a dit 'rentrez chez vous'.

J'ai été choquée !", raconte ainsi Jeanine, à France Bleu Auxerre.

D'autres patients de l'hôpital se sont vus proposer des molécules de chimiothérapie différentes, quand ils pouvaient les supporter. D'autres, encore, sont obligés d'aller jusqu'à Sens pour suivre le traitement, à 80 kilomètres de là.

"LE NOMBRE DE RUPTURES NE CESSE D'AUGMENTER"

"C'est la première fois qu'une pénurie si importante et si longue nous arrive sans que personne ne puisse nous approvisionner", déplore de son côté le docteur Frédéric Martin, pharmacien au centre hospitalier d'Auxerre qui dénonce : "la politique menée depuis quinze ans fait que l'on veut absolument les médicaments les moins chers possible, et on accepte des produits faits à l'autre bout du monde".

"Le nombre de ruptures ne cesse d'augmenter, alors on va aller vers d'autres difficultés de plus en plus prenantes, pour faire en sorte que nos patients soient quand même traités", prédit encore le spécialiste.

Le problème ne risque d'ailleurs pas de s'arranger rapidement, car le carboplatine fabriqué en Asie est en rupture de stock chez les distributeurs français. L'approvisionnement ne devrait pas avoir lieu avant la fin du mois de juillet.

 
39 commentaires - Auxerre : des patients souffrant d'un cancer privés de chimiothérapie
  • Ce macron commence bien !
    Va-t-il présenter des excuses ?

  • Beaucoup attaquent Macron à tort sans savoir, mais il n'est en rien responsable, du moins pour le moment, de la mauvaise organisation et du manque de moyens récurent dans les hôpitaux, laissons le travailler, et on verra dans un an,
    au passage, on peut souligner l' excellent travail des équipes médicales, médecins, infirmiers(es) et des prouesses que réalisent au quotidien ces gens, pour en soigner d' autres.

  • Que ces protocoles puissent être en rupture, alors que d'autres luttent pour être en rémission..

    Il est inadmissible de lire de tels constats de ceux qui traitent ces patients de longues maladies et où le temps compte pour aller vers la rémission, c'est le traitement adapté à la pathologie qui fera le reste..

    Il faut repenser la fabrication de ces traitements et les remettre sur un circuit court, où la fiabilité et la distribution ne puissent plus être de ces constats où ce sont les patients qui en pâtissent...

    Cela doit mettre en colère ces personnes concernées de s'entendre dire.. Rupture d'un traitement, on traitera plus tard...

    Mais, le plus tard, n'est pas toujours possible pour tous...

    Ayant perdu autant d'être chers de ces longues pathologies, on peut rester choqués d'entendre ces ruptures de traitements et où il faudrait les remettre sur un autre circuit que si loin des pays qui les utilisent, sur la fabrication de ces traitements qui sont onéreux et qui doivent permettre de traiter tous les patients atteints de cancers divers..

    Il faudrait de toute urgence remettre la fabrication sur le local, avec toute la sécurité en terme de fiabilité pour les patients à traiter dans les divers cancers...

    il faut que cesse la rentabilité des Laboratoires qui ont les brevets de fabrication et où ils vont si loin pour les mettre en terme de coût à moindre, alors, qu'ils sont si onéreux sur les patients en phase difficile, quand ils restent sous les traitements de la chimiothérapie..

    De tels constats restent dans l'inadmissible pour tous ceux qui en bénéficient et qui sont en phase de traitement, où le temps reste également un critère pour les mettre en rémission... Ce critère n'est pas négliger... Après que tout le reste puisse être pris en compte, interventions, ou chimio pour réduire une tumeur trop importante, avant d'opérer etc...
    Le temps reste le facteur qui a sa place dans la rémission où tout doit être engagé pour les sortir de la phase critique..

    Courage à tous ceux qui se battent actuellement et où il faut très vite qu'ils soient avec l'approvisionnement nécessaire pour les professionnels qui attendent ces traitements pour SAUVER DES VIES...

  • Il en est de meme pour le BCG utilise pour traiter certaines formes de cancer en urologie.Le laboratoire Sanofi-Pasteur de Lyon-Villeurbane ne livre plus ce produit en quantite suffisante.Mais que fait donc la ministre de la Sante?

  • Les molécules viennent d’Asie ! Fantastique !
    La preuve que même là où il semblerait que les chinois ne soient pas là , et bien ils y sont ! Trente cinq ans que cela progresse de cette manière ! Mais pour moi le probleme n'est pas là et uniquement là ! Vérifions quel est le multiplicateur appliqué sur le coût d'obtention de ces molécules en Asie , par les importateurs et les distributeurs français ! Nous allons très très vite comprendre pourquoi ils ne se chargent pas directement de la production de ces molécules et pourquoi par contre coup leur politique de profits directs est extrêmement dangereuse compte tenu de la dépendance qu'on constate dans ce cas de figure avec les chinois !
    Les malades sont en danger , non pour des économies réelles mais pour des profits supérieurs ! je m'explique ! Je suis dans un autre domaine : un article fabriqué en chine à 1,20 dollar est vendu chez les plus grands distributeurs à 9,99 euros ! En Europe le même article est à 2,50 euros en production et donc pourrait être vendu aussi à 9,99 euros sans trop de casse pour le distributeur à la grande enseigne ! Seulement devinez quoi ! On ferme ces usines en Europe !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]