Aux assises, la mère en pleurs d'un jihadiste "coupable et victime"

Aux assises, la mère en pleurs d'un jihadiste

Un croquis d'audience de Jeremy Bailly, considéré comme le numéro 2 de la filière jihadiste de Cannes-Torcy, le 21 avril 2017 à la cours d'assises spéciale à Paris

Twenty people are facing trial, including three...

A lire aussi

AFP, publié le vendredi 21 avril 2017 à 19h08

Filière jihadiste de Cannes-Torcy: la mère de Jeremy Bailly a pleuré un fils "coupable et victime" à la fois

"Toutes ces vies gâchées, ça me met en colère": aux assises de Paris, la mère de Jérémy Bailly, considéré comme le numéro 2 de la filière jihadiste de Cannes-Torcy, a pleuré vendredi un fils "coupable et victime" à la fois.

"Je pense que mon fils est coupable, mais c'est aussi la proie d'un prédateur, la victime d'un terroriste. Bien sûr qu'il a commis des actes répréhensibles, mais c'est pas un gosse pourri", a déclaré Chantal Bailly, silhouette fluette cramponnée à la barre.

Son fils unique, 29 ans, est le personnage central du groupe de vingt hommes jugés depuis jeudi devant la cour d'assises spéciale de Paris pour un attentat à la grenade contre une épicerie casher à Sarcelles (Val-d'Oise) le 19 septembre 2012, des projets d'attaques contre des militaires et des départs en Syrie.

Les accusés sont amis d'enfance ou ont fréquenté les mêmes mosquées, fédérés autour de Jérémie Louis-Sidney, délinquant radicalisé abattu lors de son interpellation.

Jérémy Bailly, considéré comme le lieutenant de Jérémie Louis-Sidney, a reconnu durant l'enquête qu'il envisageait de "fabriquer une bombe" pour "la poser chez des militaires ou des sionistes". Mais il a nié avoir participé à l'attentat de Sarcelles.

La conversion de son fils à l'islam en 2009 avait été un premier choc pour Chantal Bailly: "J'ai eu peur. On en a parlé, il m'a dit qu'il y avait de jolies valeurs dans l'islam. Je l'ai trouvé serein, ça lui allait bien."

Ni elle ni le père de "Jamie", venu témoigner avant elle, n'ont vu venir sa radicalisation. Ils sont désemparés, ont pourtant "transmis de bonnes valeurs". Ils décrivent un gamin "sensible, naïf, fragile émotionnellement", qui a sans doute souffert de leur séparation.

À la barre, Jérémy Bailly ne s'est pas étendu sur sa conversion, qu'il avait expliquée par un "choc spirituel" face à la nature: il aurait eu "mal au cœur en tuant un poisson".

Un élan positif qui le structurait, a-t-il dit, après un passé de petit délinquant "fumeur de shit", puis un passage chez les Témoins de Jéhovah.

Le procès doit se poursuivre jusqu'au 21 juin.

 
30 commentaires - Aux assises, la mère en pleurs d'un jihadiste "coupable et victime"
  • Quelle que soit la religion ,les nouveaux convertis sont toujours les pires ! normal ,ils ont trouvé la "Vérité " et sont pressés d'en convaincre les autres... ,quitte à les tuer .Et puis être un" guerrier de Dieu ", quelle joie et quel honneur !

  • Oser se prétendre "victime" quand on a commis de tels actes, il faut le faire.
    Propager de telles paroles, c'est aussi une autre forme d'irresponsabilités. Ceux qui détiennent les clés de l'information ont ils songé, ne serait-ce qu'une seconde,aux familles des victimes qui doivent ajouter la colère à leur légitime détresse?
    J'en doute!
    Mais faire le Une n'est il pas le but premier d'un journaliste? Peu importe les moyens.

  • Oui, la maman peut pleurer, mais son fils est largement "sorti des clous" . Nous vivons en société et il y a des règles à respecter, c'est pourtant simple. Pour ce qui est de la religion, en l’occurrence et une fois de plus l'islam, il existe dans notre monde occidental un certain nombre de personnes qui par le passé et encore actuellement se sont distinguées grâce à elles. Mais il est aussi vrai que l'herbe parait toujours plus belle dans voisin. Il faut simplement arrêter de croire à tout et n'importe quoi. L'islam des djihadistes n'est pas et ne sera jamais adapté au monde occidental, ni à un autre d'ailleurs, pas plus que le nazisme que nos parents ou grands parents ont connu

  • La mère devrait être aussi en prison...

  • Un passage chez les témoins de Jéhovah, on a tout résumé! Ces types sont faibles, endoctrinables à volonté. Ces mouvements sont un rassemblement de malades mentaux et de gens sans personnalité

    ces témoins de jehova profite de la misère des gens pour en tirer de l'argent en leur faisant acheter tout un tas de revues... cette secte devrait etre interdite en France

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]