Attentats du 13 novembre : une conversation entre Brahim Abdeslam et Abdelhamid Abaaoud découverte plus de deux ans après

Attentats du 13 novembre : une conversation entre Brahim Abdeslam et Abdelhamid Abaaoud découverte plus de deux ans après

Brahim Abdeslam et Abdelhamid Abaaoud (montage photo)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 20 avril 2017 à 10h58

Le téléphone d'Abdeslam n'avait toujours pas parlé. Une conversation de 12 minutes entre Abdelhamid Abaaoud et Brahim Sabdeslam vient d'être retrouvée dans le portable de ce dernier, près de deux ans après sa saisie, a révélé mercredi 19 avril la RTBF.

L'échange remonte au 1er juillet 2014, plus d'un an avant les attaques du 13 novembre 2015. Les deux hommes, Abaaoud depuis la Syrie, connu des services de police et recherché par les autorités, Abdeslam depuis la Belgique, communiquent via Facebook. Sept messages sont échangés, RTBF les a reproduits :

- Brahim Abdeslam : "Salam frère. Mabroek Ramadan."

- Abdelhamid Abaaoud : "On a déclaré le khalifat. Allah Akbar."

- Brahim Abdeslam : "Allah Akbar. J'arrive, incha Allah. À bientôt mon frère."

- Abdelhamid Abaaoud : "Inshallah."

- Brahim Abdeslam : "Je t'aime mon frère et qu'Allah soit avec toi. Amin."

- Abdelhamid Abaaoud : "Je t'aime fi lah. Qu'Allah te guide dans la voie du djihad et t'accorde le martyr. Déchire ces kuffars et prends leur un maximum de porcs et viens rejoindre l'armée d'Allah."

- Brahim Abdeslam : "Ok mon frère. Incha Allah. Je te contacte bientôt. Allah y hafdek (Dieu te garde). Salam al'ikoum."

La teneur de la conversation montre une proximité entre les deux hommes et un engagement de Brahim Abdeslam bien avant sa participation supposée à l'attaque des terrasses. Il avait été tué au Comptoir Voltaire où il avait activé sa ceinture explosive le 13 novembre.

LE TÉLÉPHONE ÉGARÉ

Le 16 février 2015, Brahim Abdeslam, arrêté pour possession de stupéfiants, avait été entendu par la police de Bruxelles-Ouest. Son téléphone avait alors été saisi, mais son contenu n'avait pas été analysé, faute d'éléments probants à verser au dossier. Au lendemain des attaques du 13 novembre, le nom d'Abdeslam refait surface et son dossier est réexaminé. Mais son téléphone reste introuvable, le Sony Xpéria avait été égaré rapporte la RTBF. Seule la copie du téléphone est examinée, aucun élément saillant n'y est découvert.



La police de Molenbeek réussit à remettre la main sur le portable un an plus tard, "sous une pile de dossiers", raconte le site de la radio et télévision belge. Examiné avec un logiciel plus puissant que celui utilisé pour la copie du téléphone, la conversation est extraite du téléphone en février 2017.

Une enquête a été ouverte au parquet de Bruxelles pour élucider le mystère de la disparition du téléphone de Brahim Abdeslam.

 
19 commentaires - Attentats du 13 novembre : une conversation entre Brahim Abdeslam et Abdelhamid Abaaoud découverte plus de deux ans après
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]