Attentats du 13 novembre : "Abaaoud a été localisé grâce au Maroc"

Attentats du 13 novembre : "Abaaoud a été localisé grâce au Maroc"

Un homme de la police scientifique dans l'appartement de Saint-Denis dans lequel Abdelhamid Abaaoud a été tué le 18 novembre 2015.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 25 septembre 2016 à 11h33

Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche (JDD), le patron de l'antiterrorisme marocain, Abdelhak Khiame, assure que c'est bien son pays qui a permis de repérer Abdelhamid Abaaoud dans une planque de Saint-Denis quelques jours après les attentats du 13 novembre 2015 (130 morts) et non le témoignage d'une proche de Hasna Aït Boulahcen.

Abdelhamid Abaaoud a été abattu par les hommes du Raid cinq jours après les attentats du 13 novembre dans un immeuble de Saint-Denis où il se cachait avec son complice Chakib Akrouh et sa cousine Hasna Aïtboulahcen, également tués pendant l'assaut de la police. Ce jihadiste belgo-marocain de 28 ans, surnommé Abou Omar al-Baljiki ("le Belge") et né à Molenbeek, avait été présenté comme "un des cerveaux" des tueries du 13 novembre.

En février 2016, une jeune femme, "Sonia" (son prénom a été modifié), s'était présentée sur RMC comme la témoin clé qui avait permis sa localisation.

Elle avait raconté avoir accompagné la cousine du terroriste, le 15 novembre à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), et s'être alors retrouvée face à Abdelhamid Abaaoud. Ce dernier lui aurait alors expliqué avoir participé aux attentats deux jours plus tôt, assurant au passage que les victimes n'étaient "pas innocentes" et "qu'il fallait regarder ce qu'il se passe en Syrie".


Elle aurait ensuite entendu le terroriste demander à sa cousine de 26 ans de lui trouver une planque, deux costumes et deux paires de chaussures et évoquer la préparation de nouveaux attentats dans la région parisienne. Son appel à la police aurait permis de remonter la piste du jihadiste.


Cette version des faits est cependant remise en cause ce dimanche par le patron du Bureau central d'investigation judiciaire, chargé de la lutte contre le terrorisme au Maroc : "Vous croyez sincèrement qu'Abaaoud, alors qu'il était recherché, allait parler à cette fille des nouveaux attentats qu'il s'apprêtait à commettre ? Allons... Ce sont bien nos services qui ont fourni les renseignements qui ont permis de le localiser, à partir d'informations obtenues ici, au Maroc", affirme Abdelhak Khiame au JDD. Après l'assaut à Saint-Denis, François Hollande avait salué "l'assistance efficace apportée par le Maroc" et avait même reçu le 20 novembre le roi Mohamed VI pour le remercier. Le témoignage de "Sonia" n'a cependant jamais été contesté. Lors de son témoignage, la jeune femme s'était même dite "abandonnée" par les autorités. Elle avait alors reçu une aide financière.

Le patron des services marocains a par ailleurs assuré que la coopération avec la France dans la lutte contre le terrorisme n'a jamais été interrompue malgré la brouille entre les deux pays à la suite de plaintes de torture début 2014 visant le patron du renseignement marocain, Abdellatif Hammouchi.
 
12 commentaires - Attentats du 13 novembre : "Abaaoud a été localisé grâce au Maroc"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]