Attentats de Paris : des armes se trouveraient encore en Belgique

Attentats de Paris : des armes se trouveraient encore en Belgique©Panoramic
A lire aussi

6Medias, publié le mercredi 02 novembre 2016 à 19h56

Nouveau rebondissement dans l'enquête sur les attentats de Paris et de Bruxelles. Contrairement à Salah Abdeslam, muré dans le silence, Mohamed Abrini, suspecté d'être impliqué dans les attaques du 13 novembre et présent au moment de celle de l'aéroport de Zaventem le 22 mars, serait bien plus loquace.

Selon les informations du magazine "Pano", émission diffusée à la télévision belge, Mohamed Abrini aurait révélé lors de ses auditions que plusieurs armes et explosifs appartenant au réseau terroriste se trouveraient encore en Belgique.

"Je vous confirme qu'il y avait des armes dans tous les appartements (de la cellule). Les armes ont été retirées de l'appartement un ou deux jours avant les attentats de Bruxelles", a-t-il révélé, avant d'ajouter : "C'est Khalid El Bakraoui qui les a déplacées. Je sais qu'il disposait d'un garage où de l'eau oxygénée et d'autres produits sont encore cachés. Mais je ne sais pas où est ce garage et ce qui s'y trouve précisément. Il y avait trois ou quatre kalachnikovs, une arme de poing et des explosifs C-4. Il a tout emmené dans un sac. Je ne sais pas où il a tout emporté".

La rédaction de "Pano" rapporte qu'en juin, 152 garages de Bruxelles auraient été passés au peigne fin, en vain. Une information confirmée par le directeur de l'OCAM (Organe de coordination pour l'analyse de la menace), Paul Van Tigchelt : "Il était en effet question d'armes et d'explosifs que nous n'avons pas trouvés après le 22 mars. Les autorités judiciaires et policières les ont effectivement cherchés par tous les moyens".

Celui que l'on surnomme "l'homme au chapeau" a également expliqué aux enquêteurs qu'après les attentats de Paris, le groupe s'était séparé, après avoir reçu des informations de la part de détenus sur les avancés de la police. "Nous avons quitté la planque de Jette car les frères El Bakraoui ont reçu un message depuis la prison leur disant qu'il fallait agir de la sorte, car ça devenait trop chaud à Jette", a raconté Abrini.

Mohamed Abrini est soupçonné d'avoir aidé Salah Abdeslam à rejoindre la Belgique après les attentats du 13 novembre. Le troisième membre du commando de l'attentat de l'aéroport de Bruxelles, surnommé "l'homme au chapeau", ne s'était pas fait exploser et avait pris la fuite avant d'être retrouvé le 8 avril à Anderlecht.

 
54 commentaires - Attentats de Paris : des armes se trouveraient encore en Belgique
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]