Attentat du 14 juillet à Nice : les hôpitaux lancent un appel aux dons de sang

Attentat du 14 juillet à Nice : les hôpitaux lancent un appel aux dons de sang

Un camion de pompier près de la Promenade des Anglais après l'attentat qui a fait au moins 84 morts le 14 juillet 2016 à Nice.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 15 juillet 2016 à 00h00

- Alors que 18 personnes étaient encore "en état d'urgence absolue" au lendemain de l'attentat de Nice, les hôpitaux de Nice lancent un appel aux dons de sang. -

Scènes d'horreur jeudi soir à Nice.

Un camion blanc a foncé sur la foule réunie sur la Promenade des Anglais pour le feu d'artifice du 14 juillet. Le bilan se portait ce vendredi matin 15 juillet à 84 morts et 18 blessés en "état d'urgence absolue". On dénombrait aussi "une cinquantaine de blessés légers" et 120 autres personnes "impliquées", choquées ou prises en charge par les secours. Face à l'urgence de la situation, les hôpitaux niçois, surveillés par les forces de l'ordre armes à la main, ont lancé un appel aux dons du sang. L'Établissement français du sang (EFS), situé au 45 rue Auguste-Gal dans le nord de Nice ouvre ses portes dès 9h30 pour accueillir les potentiels donneurs.



Certains étaient mobilisés dès les premières heures. "Je n'ai pas dormi hier. J'attendais pour pouvoir donner mon sang, pour aider les gens racontait Mokhtar sur RMC. Toute la nuit, je n'ai pas dormi. J'attendais les transports. Avec le premier bus qui partait, je suis arrivé direct. Il y a des blessés, ça me fait mal, alors si je peux aider". Il s'agit d'une aide précieuse pour les victimes dont les blessures sont très particulières, explique le médecin urgentiste Gérald Kierzek à BFMTV. "Sur les patients qui se sont retrouvés en impact direct avec le camion, c'est de la traumatologie, c'est parfois de l'hémorragie interne. Contrairement à des blessures par armes à feu où là il faut arrêter l'hémorragie en appuyant dessus, là ce sont des malades beaucoup plus difficiles, parce que l'hémorragie est interne. On est sur des blessures différentes".

LE "PLAN BLANC DÉCLENCHÉ"

Après le drame, le plan blanc a été déclenché à Nice. Un dispositif qui avait déjà utilisé le 13 novembre à Paris, après les attentats. Il s'agit d'un dispositif spécial prévu pour les situations sanitaires d'urgence et de crise, pour assurer la prise en charge rapide d'un grand nombre de blessés. "Le guide Gestion de crise et plan blanc a vocation à construire, de façon globale, un dispositif de prévention et de gestion de crise. Il suggère, notamment, tout un arsenal de dispositions à activer dans le cas où un incidents surviendrait dans le contexte précis du fonctionnement quotidien des établissements de santé. Ainsi, une même politique de gestion de crise, en réponse à un incident clairement identifié, pourra se concrétiser de façon significativement différenciée, selon la nature de l'environnement dans lequel il se produit", explique le site sante.gouv.fr. Le personnel de santé ont été rappelés et tous les blocs opératoires sont mobilisés. Dans ce cas "on cesse d'opérer les patients qui ne sont pas urgents pour détourner tous les efforts vers les victimes du plan blanc", précise Philippe Cluzel, chef du service des urgences de l'hôpital Pompidou à Paris.



Une cellule d'information a également été déclenchée (04 93 72 22 22) ainsi qu'une cellule d'aide aux victimes (01 43 1 7 56 46). Ce vendredi matin, des familles de victimes, encore sans nouvelles de leurs proches étaient accueillies dans les hôpitaux de la ville, pour certains conduits gratuitement par les taxis de Nice.

 
2 commentaires - Attentat du 14 juillet à Nice : les hôpitaux lancent un appel aux dons de sang
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]