Attentat déjoué : les cinq suspects mis en examen et écroués

Attentat déjoué : les cinq suspects mis en examen et écroués

Le procureur de la République de Paris François Molins à Paris le 25 novembre 2016.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 25 novembre 2016 à 12h54

Cinq jours après le coup de filet des services antiterroristes à Strasbourg et Marseille, les enquêteurs cherchent à déterminer où et comment les cinq membres présumés de la cellule terroriste mise au jour voulaient frapper. Les suspects, téléguidés depuis la Syrie et soupçonnés d'avoir voulu commettre un attentat le 1er décembre en région parisienne, ont été mis en examen et écroués ce vendredi, a-t-on appris du parquet de Paris.

Agés de 26 ans à 37 ans, ils ont été mis en examen notamment pour "association de malfaiteurs en vue de la préparation de crime d'atteinte aux personnes".

Ils avaient été interpellés le week-end dernier à Strasbourg et Marseille, ce qui avait permis de "mettre en échec une action terroriste envisagée de longue date" en France, selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Seul le suspect marocain était connu des services de renseignement.

UNE "ATTAQUE DE GRANDE ENVERGURE"

Plus tôt ce vendredi, François Hollande a affirmé à Nîmes qu'une "attaque de grande envergure" avait été évitée. "Je veux féliciter les services de renseignement, les policiers, magistrats qui ont permis le démantèlement de ce réseau qui nous a prémunis contre une attaque de grande envergure", a déclaré le chef de l'Etat lors d'une cérémonie marquant la sortie d'école de quelque 850 élèves gardiens de la paix. "Pour le seul mois de novembre, les services antiterroristes ont procédé à l'arrestation de 43 individus dont 28 ont été déférés devant la justice", a-t-il indiqué.

Dans la "lutte contre le terrorisme, le combat sera long et difficile mais une chose est sûre, nous vaincrons parce que la France, quand elle fait bloc, est capable de surmonter toutes les épreuves", a encore souligné François Hollande.

Plus tôt, à la mi-journée, le procureur de la République de Paris François Molins a apporté des précisions sur les premiers éléments dégagés par l'enquête.

UN COMMANDO "TÉLÉGUIDÉ"

Les 5 membres "opérationnels" de l'organisation terroriste, sont suspectés d'avoir voulu passer à l'acte "de façon imminente". Selon François Molins, ils ont été "téléguidés" depuis la zone irako-syrienne par un donneur d'ordre. À Strasbourg, 4 hommes ont été interpellés et sont dans le viseur. Le premier, Yacine B, de nationalité française, exerçait en tant qu'animateur périscolaire. Le deuxième, Hicham L, était manutentionnaire et comptait 6 condamnations. Le troisième, Sami B (également condamné à plusieurs reprises) travaillait dans une épicerie. Le 4e Strasbourgeois, Zacharia M, était lui inconnu de la justice. À ces 4 hommes vient s'ajouter un 5e, Hicham E, interpellé à Marseille. Tous sont décrits comme "amis de longue date", qui communiquaient par un réseau téléphonique fermé et une ligne dédiée.

DEUX MEMBRES DU COMMANDO VENAIENT DE TÉLÉCHARGER L'APPLICATION PERISCOPE

En plus des armes retrouvés lors des perquisitions à Strasbourg (dont plusieurs pistolets automatiques et un pistolet mitrailleur), les personnes interpellées disposaient d'instructions communes appelant à se procurer des armes, données via une application cryptée. François Molins a également précisé que deux des suspects strasbourgeois venaient de télécharger l'application Periscope, qui permet de diffuser en direct des vidéos par un téléphone portable.

Le procureur a aussi confirmé que des captures d'écran de l'application Google Maps relatives à plusieurs lieux, qu'on peut considérer comme cibles potentielles, ont été retrouvées. S'il n'a pas détaillé le noms de lieux visés, François Molins a expliqué qu'une "action était envisagée par le groupe strasbourgeois le 1er décembre."

Des écrits d'allégeance très fournis "glorifiant la mort en martyr" ont par ailleurs été retrouvés. Un cahier d'inscriptions manuscrites attribué à Yacine B, comporte sur 12 pages des références au jihad armé et au calife autoproclamé de l'organisation terroriste Daesh, Abou Bakr-Al Baghdadi.

 
139 commentaires - Attentat déjoué : les cinq suspects mis en examen et écroués
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]