Attentat déjoué : deux hommes arrêtés à Marseille, les candidats à la présidentielle potentielles cibles

Attentat déjoué : deux hommes arrêtés à Marseille, les candidats à la présidentielle potentielles cibles

Perquisition à Marseille après l'arrestation de deux hommes soupçonnés de préparer un attentat, mardi 18 avril 2017

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 18 avril 2017 à 14h10

À cinq jours de l'élection présidentielle, deux hommes ont été arrêtés à Marseille, mardi 18 avril au matin, selon une information révélée par LCI. Ils sont soupçonnés d'avoir voulu préparer une attaque "dans les tout prochains jours", a indiqué le ministre de l'Intérieur, Matthias Fekl.

Les deux hommes, âgés de 23 et 29 ans et "connus pour leur radicalisation", sont "soupçonnés d'un passage à l'acte imminent" lors d'un meeting politique, selon LCI.

Les deux suspects étaient activement recherchés depuis une dizaine de jours. Leurs photos avaient même été distribuées aux différents services de sécurité des candidats à la présidentielle. Ils ont été arrêtés par la DGSI, la Direction générale de la sécurité intérieure. Au cours de la perquisition, des armes à feu et du matériel rentrant dans la composition d'explosifs ont été retrouvés. La semaine dernière, l'entourage de François Fillon avait été mis en garde face à des "risques avérés" contre le candidat LR. Des "tireurs d'élite" et des membres du Raid avaient été postés à Montpellier, aux abords de la salle où l'ex-Premier ministre prononçait un discours.





Une première enquête avait été ouverte début avril contre le plus âgé des suspects, né en juillet 1987 à Croix, dans le Nord. Le 10 avril, une deuxième enquête avait été ouverte contre le plus jeune, né en juillet 1993 à Ermont dans le Val-d'Oise. "Au fur et à mesure, il s'est avéré que les deux enquêtes se rapportaient au même projet", a indiqué une source proche du dossier.

- SÉCURITÉ MAXIMALE -

Plus de 50.000 gendarmes et policiers seront déployés dimanche prochain et lors du second tour de la présidentielle pour sécuriser les 67.000 bureaux de vote que compte le pays. Durant le mois de mars, les forces de l'ordre ont procédé à "19 interpellations antiterroristes", a indiqué Mathias Fekl dans une interview au Journal du Dimanche. La France est particulièrement visée, entre autres raisons parce qu'elle fait partie de la coalition intervenant en Syrie contre le groupe État islamique. Les deux dernières attaques, au musée du Louvre et à l'aéroport d'Orly, ont d'ailleurs visé des militaires.

 
184 commentaires - Attentat déjoué : deux hommes arrêtés à Marseille, les candidats à la présidentielle potentielles cibles
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]