Attentat de Nice : discorde Valls/Cazeneuve sur la question de l'islamisme radical

Attentat de Nice : discorde Valls/Cazeneuve sur la question de l'islamisme radical

Manuel Valls et Bernard Cazeneuve, le 18 mai 2016

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 15 juillet 2016 à 21h41

- Près de 24 heures après l'attentat sanglant perpétré sur la Promenade des Anglais le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur ont livré à quelques minutes d'intervalle des interviews aux enseignements divergents. Sur France 2, Manuel Valls a affirmé que l'auteur de l'attaque était "sans doute lié à l'islamisme radical".

Sur TF1, Bernard Cazeneuve n'a pas confirmé vendredi de liens entre le tueur de Nice, un Tunisien totalement inconnu des services de renseignement, et l'islamisme radical.-

"C'est un terroriste sans doute lié à l'islamisme radical d'une manière ou d'une autre", a déclaré le Premier ministre sur France 2 au lendemain de cette tuerie au camion. "Mais il faut que l'enquête maintenant puisse avancer", a-t-il ajouté. "Oui, c'est un acte terroriste et nous verrons quelles sont les complicités et les liens avec les organisations terroristes, mais c'est un acte bien sûr terroriste", a souligné Manuel Valls.

UN ASSAILLANT INCONNU DES SERVICES DE RENSEIGNEMENTS

En revanche, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve n'a pas confirmé vendredi de liens entre le tueur de Nice, un Tunisien totalement inconnu des services de renseignement, et l'islamisme radical lors d'une intervention au journal du soir de TF1. A la question "Est-ce que ce soir vous êtes en mesure de nous dire qu'il est lié à l'islam radical", M. Cazeneuve a répondu "non". "Nous avons un individu qui n'était pas du tout connu des services de renseignement pour des activités liées à l'islamisme radical, qui n'était pas fiché S", a-t-il déclaré.

Plus tôt dans la journée, Manuel Valls a appelé vendredi la France "à faire bloc" au lendemain de l'attentat de Nice, assurant que l'exécutif "ne céderait pas" face "à une guerre que le terrorisme nous livre".


"On a voulu atteindre l'unité de la Nation française. Alors la seule réponse digne, responsable de la France, sera celle qui restera fidèle à l'esprit du 14 juillet, c'est à dire celui d'une France unie et rassemblée autour de ses valeurs. Et nous ferons bloc, c'est la seule exigence qui vaille aujourd'hui", a déclaré M. Valls dans la cour de l'Elysée, au terme d'un conseil de défense restreint présidé par François Hollande.

 
53 commentaires - Attentat de Nice : discorde Valls/Cazeneuve sur la question de l'islamisme radical
  • 2 joueurs de pipeau qui ne jouent pas la même partition .........Une fabrique de canards , quoi.......
    Une machine à couacs.....!
    Toute l'image d'un gouvernement qui n'en a que le nom........

  • avatar
    le-vent-emporte  (privé) -

    Dans ces moments de deuil et de douleur , notre gouvernement de gogoche nous livre un bien triste spectacle...

  • M. VALLS, aussi vrai que vous allez valser. Arrêter ces allégations non encore vérifiées. Laissez ceux qui savent faire leur boulot, M. "je sais tout mieux que les autres", afin de profiter de l'effet panique que vous amplifiez à souhait afin de faire aboutir vos ambitions politicardes. Vous êtes à vomir.

    ah quand on entend M. Valls hier pendant le journal par 3 fois "Moi chef du gouvernement " !!!!

  • Monsieur Valls est en discorde avec tout le monde, donc rien de nouveau. Si M. Valls voulait mettre son ego de côté et gérer les problèmes de la France il ferait enfin son travail. C'est un petit roquet ambitieux qui réalise que ces chances d'être président s'éloignent devrait donner sa démission. Il n'est plus à sa place, il ne gère plus les ministres, il aboie et c'est tout.

  • Il faut quitter cet état d'urgence, et mettre en évidence un état de guerre, c'est pas la même chose, car s'est bien un acte de guerre qui a été commis, donc des mesures directes doit être prises.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]