Assemblée nationale : deux femmes candidates au "perchoir"

Assemblée nationale : deux femmes candidates au

Les candidats à la présidence de l'Assemblée se présenteront devant le groupe LREM, réuni ce week-end en "séminaire de travail" au Palais-Bourbon (photo d'illustration).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le samedi 24 juin 2017 à 09h13

François De Rugy aura face à lui deux femmes qui se présentent elles aussi pour prendre la présidence de l'Assemblée nationale. L'élection aura lieu mardi.

La députée du Pas-de-Calais Brigitte Bourguignon et la députée de Loire-Atlantique Sophie Errante, deux ex-PS ralliées à la République en marche, sont candidates à la présidence de l'Assemblée nationale.

Sophie Errante et Brigitte Bourguignon ont en commun de ne pas être "des professionnelles de la politique". La première, élue de Loire-Atlantique, était chef d'entreprise dans l'import-export, tandis que la seconde a travaillé vingt ans au centre d'action sociale de Boulogne-sur-Mer avant d'évoluer au conseil général du Pas-de-Calais. Au premier tour des législatives, elles sont arrivées en tête avec plus de 40 % des voix, elles ont remporté haut la main le second tour avec plus de 60 %.

L'ancien candidat à la primaire de la gauche François de Rugy est lui aussi candidat au "perchoir". Il a été le premier à se déclarer en début de semaine dans les médias. Député depuis 2007, il met en avant son expérience de co-président du groupe écologiste lors de son deuxième mandat puis vice-président de l'Assemblée et fait campagne sur la "modernisation" de l'institution.

Les trois députés, et éventuellement d'autres postulants, présenteront leur candidature au groupe REM, réuni samedi à huis clos en séminaire à l'Assemblée. Le groupe majoritaire votera ensuite mardi matin pour désigner son candidat, qui devrait être élu dans l'après-midi président de l'Assemblée lors de la séance inaugurale de la nouvelle législature.

La première femme présidente de l'Assemblée ?

Si Brigitte Bourguignon, ou Sophie Errante était élue, elle deviendrait la première femme présidente de l'Assemblée. Après la nomination d'un homme de droite à Matignon, plusieurs responsables de La République en Marche militent pour qu'une femme de gauche soit nommée au "perchoir" dans un souci d'équilibre.

"Dans cette Assemblée féminisée, je pense que ce serait bien symboliquement qu'une femme soit pour la première fois à sa tête", a déclaré Brigitte Bourguignon, 58 ans, qui avait succédé à Jack Lang dans la 6ème circonscription du Pas-de-Calais en 2012. "Je pense que ma candidature a du sens, car je viens d'un département où quatre députés FN ont été élus ", a ajouté l'ancienne adjointe au maire de Boulogne-sur-Mer, Frédéric Cuvillier.

De son côté Sophie Errante, qui entame également son deuxième mandat à 45 ans, veut travailler sur "la réconciliation de l'Assemblée avec ses concitoyens". "Il y a un grand besoin de clarifier le travail des parlementaires, que la fabrique de la loi soit plus compréhensible par les citoyens", estime-t-elle.

D'autres postulants pourraient faire acte de candidature. On évoque notamment le nom de Barbara Pompili, ex-EELV réélue dans la Somme, ou encore celui de Laure de La Raudière, élue Les Républicains d'Eure-et-Loir, proche de Bruno Le Maire.

 
45 commentaires - Assemblée nationale : deux femmes candidates au "perchoir"
  • Sans mysoginie aucune, on a pourtant vu ce que donnait les femmes en politique. Entre des royal, Duflot, Belkacem, rossignol , taubira et autres, on ne peut que constater l'agressivité et l'incompétence de ces personnes. Sans oublier l'ancienne vice présidente de l'assemblée qui refusait la parole aux députés et leur mettait une amende s'ils insistaient, ce qui ne s'était jamais vu auparavant.
    Et puis, comment faire confiance à ces "ex-ps" ralliées opportunément au clan macron par envie de garder leurs places.

  • Il y aura donc - enfin - un nouveau visage de Président(e) à l'Assemblée nationale ?
    Cela devrait donner une autre manière de travailler sans avoir les vociférations des députés du mardi et du mercredi !
    Alors,il faut dire, vive cette femme, mais .....
    Mais, l'étape suivante est qu'il faudra faire front (mais non, pas celui du néo marseillais !) à tous ces ronflants députés-machos, essentiellement présents à dextre.
    Et en osant croire qu'il n'y aura pas d'invectives sexistes - comme à leur habitude - en se remémorant le calvaire de Madame Edith Cresson, nommée judicieusement Premier Ministre par François Mitterrand, et où, lors d'une discussion sur le trou de la Sécurité Sociale, on lui demandait "gentiment" d'aller le boucher ....
    Des "poètes" non disparus, hélas !

    Raté Mon très Cher Mikron-arausio !!! François Goullet de Rugy : Enfin un Noble sous les ors du Palais des ducs de Bourbonnais qu'il va diriger après le Prince de Condé.
    Quelle évolution chez les "gens" de gauche !!!
    Bon !!! Les "poètes" non disparus, devront rester sur leur faim....

  • De Rugi l'écolo arlequin ou caméléon qui passe du vert au rose du rose au violet. Comme son copain Placé il est prêt à tout pour avoir un poste digne de son égo démesuré....

  • il y a qu'à mettre SÉGOLÈNE

  • marre des femmes partout quelles pagailles elles savent encore faire la cuisine élever les enfants ? non a part commander faites pas ci faites pas ca et nous pomper l'air partout ou elles passent Paris Lille et j'en passe

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]