Apologie du terrorisme : 385 condamnations en 2015

Apologie du terrorisme : 385 condamnations en 2015

Le rythme de ces condamnations ne devrait pas faiblir en 2016 (photo d'illustration).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 04 septembre 2016 à 14h33

Selon le Journal du dimanche (JDD), 385 personnes ont été jugées coupables d'apologie du terrorisme en France durant l'année 2015, soit plus d'un condamné par jour. Selon un commissaire de province, "il n'y a pas de profil type".

L'apologie du terrorisme relève du code pénal depuis la loi antiterroriste de novembre 2014.

L'article 421-2-5 punit désormais les partisans de Daech (ceux qui mettent en valeur le terrorisme et y incite) de cinq ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende. Lorsque les faits sont commis en utilisant un service de communication en ligne, la peine peut s'élever à sept ans de prison et 100.000 euros d'amende. La loi rend également possible la comparution immédiate.

"ON RENCONTRE DE TOUT"

Les procureurs se sont emparés de cette nouvelle peine. Selon un policier interrogé par l'hebdomadaire, "95% des mis en cause sont déférés et sont jugés avec des peines importantes, jusqu'à quatre ans". "Il n'y a pas de profil type", ajoute un commissaire de province. "On rencontre de tout, des hommes, des femmes, des convertis, des binationaux, des étrangers, des jeunes en recherche d'idéal, des proches de gens partis en Syrie, des fichés S, beaucoup de personnes fragiles psychologiquement aussi et des profils franchement inquiétants..."

Le 23 août dernier, un jeune Niçois de 19 ans, converti à l'islam et surveillé pour sa fréquentation assidue de sites djihadistes, a par exemple été condamné à trois ans de prison pour apologie du terrorisme. Il a immédiatement été écroué à Nice. La condamnation a été assortie d'une obligation de suivi socio-judiciaire pendant cinq ans. Le jeune garçon, Sébastien J., était issu d'une famille de Témoins de Jéhovah et s'était converti à l'islam il y a près de quatre ans. Sous surveillance depuis 2015, son passeport avait été confisqué. Titulaire d'un bac technique, il cherchait du travail après une formation de cariste et habitait chez ses parents où il a été interpellé la semaine dernière.

Sur son téléphone portable, on a retrouvé ses fichiers téléchargés, ses discussions sur des forums où il tenait des propos très inquiétants et des photos "à vomir", avait expliqué à l'AFP une source proche du dossier. "Il se félicitait notamment de l'assassinat des policiers de Magnanville (dans les Yvelines en juin, ndlr), s'intéressait aux gens qui avaient commis des attentats en France et téléchargeait des vidéos de Daech, où l'on voyait des gens se faire décapiter ou égorger", selon une autre source.

4.800 COMPTES TWITTER BLOQUÉS

Il a aussi été condamné pour "consultation habituelle d'un service de communication au public en ligne mettant à disposition des images et messages provoquant à de tels actes ou en faisant l'apologie", une nouvelle infraction intégrée au code pénal en juillet. Depuis janvier, cinq personnes, déjà en détention ou non, ont été jugées pour des faits similaires dans les Alpes-Maritimes.

Selon le JDD, les cas d'apologie du terrorisme ont représenté 16% des 188.000 signalements recensés en 2015 sur la Plateforme d'harmonisation, d'analyse, de recoupement et d'orientation des signalements (Pharos), gérée par la sous-direction de lutte contre la cybercriminalité. Soit plus de 30.000 signalements. Selon le ministère de l'Intérieur, près de 4.800 comptes Twitter ont également été bloqués ou déréférencés depuis le début de l'année.
 
12 commentaires - Apologie du terrorisme : 385 condamnations en 2015
  • ( Apologie du terrorisme : 385 condamnations en 2015 )
    Si 385 condamnations, dans la réalité, combien d'individus s'en sont rendus coupables ?

  • le gouvernement dit qu'il fut un mobile et pour pouvoir enfermer des gens dans un centre de rétention
    385 condamnations c'est quoi si ce n'est des delits

    dqr33 le hachage fait que parfois des lettres sautent
    le gouvernement dit qu'il faut qu'un delit soit commis et jugé pour enfermer les gens (dixit caseneuve) éventuellement dans un centre de rétention
    ces 385 personnes ont été condamnés pour apologie du terrorisme donc elles présentent toutes les conditions pour être placées dans des centres de détentions tant que dure le risque

  • un était issu d'une famille de témoins de Jéhovah (pourquoi le preciser)
    de quelles familles etaient issus les 384 autres
    pourquoi ne le précise t on pas
    ce qui vaut pour une famille vaut pour les autres

  • Les condamnations, et les attentats qui ont suivi.... Où les menaces perdurent...

    Sans endiguer la radicalisation au sein de notre pays et où le Renseignement travaille d'une manière optimale...

    Rien ne sera résolu...

    Malgré toutes les mesures qui ont été prises à bon escient...

    Sans changement de la Constitution... Tout restera tragique pour les innocentes victimes...

    Ceux qui vont vers le terrorisme sont destinés à provoquer des carnages et à mourir...

    Ce sont les filières qui doivent être endiguées sur l'ensemble de notre territoire avec des mesures d'anticipation drastiques...

    Sinon.. Les citoyens iront de célébrations en célébrations...

    Sur les explications du Procureur Molins.. Tous ont compris que les méthodologies variées et que les profils également....
    Les fichés, les non fichés...

    Rien ne peut être minimisé actuellement..

    "Sans changement de la Constitution"

    Quels changements ?

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]