Allaitement : une campagne de l'Unicef crée la polémique

Allaitement : une campagne de l'Unicef crée la polémique

Un messages de l'Unicef en faveur de l'allaitement a provoqué la colère de nombreuses femmes sur Twitter.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 03 août 2016 à 12h30

- Dans le cadre d'une campagne pour l'allaitement maternel, un message de l'Unicef a provoqué la colère de nombreuses femmes sur Twitter. En cause, un tweet jugé sexiste et culpabilisant pour les femmes qui n'allaitent pas.

-

"L'allaitement stimule la santé d'une enfant, son QI, ses performances scolaires et son revenu à l'âge adulte". Ce message de l'Unicef (Fonds des Nations unies pour l'enfance), posté sur le réseau social à l'occasion d'une campagne sur l'allaitement maternel, provoque un tollé depuis quelques jours.

Le message s'inscrit dans le cadre de la semaine de l'allaitement maternel, organisée du 1er au 7 août par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Dénoncé comme étant culpabilisant et sexiste, le tweet de l'ONG est loin d'avoir fait l'unanimité. De même que le slogan sur l'affiche, "L'allaitement n'est pas qu'une affaire de femmes". Pour ces femmes en colère, l'allaitement est pourtant bien une affaire de femmes.




"CHAQUE FEMME DOIT POUVOIR CHOISIR"

Face à la levée de bouclier, l'Unicef a répondu sur le réseau social avec pas moins de trois tweets pour justifier sa démarche. "Merci à tous pour vos commentaires. L'Unicef estime que chaque femme doit pouvoir choisir librement d'allaiter son enfant". Et d'ajouter : "Nous travaillons pour que toutes les mères aient un meilleur soutien avant, pendant et après l'accouchement - personnel de santé, communauté, famille, employeur - afin qu'elles aient la possibilité d'offrir à leurs enfants les nombreux avantages de l'allaitement".

Contacté par le Huffington Post, le porte-parole de l'organisation Christophe Boulierac s'est expliqué : "Notre position est avant tout de promouvoir l'allaitement dans les pays en crise, mais aussi dans des pays développés". Il a également rappelé, comme dans le tweet de l'Unicef, que "le plus important, c'est la liberté de choisir". Choisir que la santé et le QI de son enfant non-allaité soient plus mauvaise et inférieur à ceux d'un enfant allaité ?
 
30 commentaires - Allaitement : une campagne de l'Unicef crée la polémique
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]