Affaire Théo : rassemblement tendu à Bobigny

Affaire Théo : rassemblement tendu à Bobigny

Bobigny le 16 février 2017.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 17 février 2017 à 15h14

SEINE-SAINT-DENIS. Jeudi après-midi, environ 200 jeunes réunis à Bobigny pour un rassemblement non déclaré ont été dispersés à l'aide de gaz lacrymogènes.

Deux semaines après l'interpellation brutale de Théo et ses accusations de viol à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), les banlieues sont toujours sous tension. Des violences se sont enchaînées ces derniers jours dans plusieurs communes, essentiellement en région parisienne.

Alors que le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux se félicitait jeudi 16 février de "nuits à peu près normales" en Seine-Saint-Denis, aucune interpellation n'ayant eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi, une nouvelle manifestation sous tension a eu lieu dans l'après-midi dans le département. 

Après un appel sur les réseaux sociaux, environ 200 jeunes se sont rassemblés devant la gare routière de Bobigny, à proximité du tribunal, à l'endroit où de violents incidents, marqués par de multiples dégradations, avaient eu lieu samedi lors d'une manifestation de soutien à Théo. Ce rassemblement, non déclaré en préfecture, a été dispersé au bout d'une trentaine de minutes par les forces de l'ordre présentes en nombre avec notamment des tirs de grenades lacrymogènes.

Selon Le Parisien, la ville était "verrouillée et quadrillée par les forces de l'ordre dès le début d'après-midi, services municipaux, préfecture et centre commercial fermés. Un imposant dispositif de 450 policiers était mobilisé aux abords du tribunal et des centres administratifs (conseil départemental, préfecture, tribunal...)". Même un hélicoptère avait été mobilisé.

"Plusieurs voitures ont été vandalisées au cours d'une incroyable scène de poursuite à pied dans les rues entre les policiers et un groupe d'adolescents. La course s'est terminée à Drancy", selon le quotidien.

 
70 commentaires - Affaire Théo : rassemblement tendu à Bobigny
  • Comment ils manifestent encore ?
    Ou est le préfet le ministre de l'intérieur pour permettre des rassemblement je croyais que cela étais interdit !

  • banlieues parisiennes, le fleuron de la France...

  • il ne faut pas mettre en cause ces casseurs ,qui profitent de la moindre chose pour semer haine et destruction ; cela n'a plus rien a voir avec théo !! ce vandalisme gangrene les villes et regions

  • Le choix d'une seule et unique nationalité pour les bi-nationaux vivant en France sera décisif ; tu es un délinquant et pas Français ce sera merci et retour dans le pays de la nationalité , et il y aura moins de délinquance dans les banlieues , il seront plus calmes .

  • Les rassemblements sont désormais quotidiens avec en marge les heurts et les casseurs, dans un contexte assez surprenant.
    Ainsi, d’un côté il y a les manifestants qui dénoncent les violences policières et de l'autre il y a les policiers/gendarmes qui canalisent ces manifestants. Ce qui n'est vraiment pas l'idéal pour ramener le calme.
    Alors en attendant un relatif apaisement des tensions entre la jeunesse et les forces de l'ordre, il pourrait être envisagé de donner les missions de maintien de l'ordre à la Légion.
    Si si, elle saura faire, aucune crainte à ce sujet.... et avec des résultats qui dépasseront largement les prévisions les plus optimistes du ministre de l’Intérieur.
    Mais ce n'est que mon avis.

    Excellent avis auquel je m'empresse de m’associer...

    Pas bete du tout. Mais sont-ils assez nombreux dans les banlieues, les légionnaires ne sont pas des plaisantins, ils ne se déplacent pas que pour les entrées, ils faudra aussi un plat de résistance.

    Certes les légionnaires ont bon appétit et un repas complet ne leur fait pas peur.
    Je suis beaucoup plus sceptique sur l'entrain des encapuchonnés à servir de dessert....

    jp_12  (privé) -

    Ah la légion.... toi aussi tu es fan ? Tu sais Domi les casseurs sont connus, les journalistes "de gauche" les filment, les interviewes mais ils sont libres ? Idem pour les gros trafics en tout genre.

    Le déploiement de l'Armée dans les cités a été proposé par Samia Ghali. Elle s'est récemment exprimée, elle est également contre la dépénalisation du cannabis, alors même si je n'adhère pas à ses convictions politiques, je pense qu'elle a raison car elle connait bien la problématique.
    Plutôt que de ne rien faire et de laisser "macérer" la situation, pourquoi ne pas essayer ? Au mieux, les habitants des zones de non-droit y gagneront un peu de sérénité, au pire il y aura de la casse et pas forcément du côté de la Légion.
    Je rebondis sur ton commentaire et il est grave que la classe politique ne se réveille pas.
    Est-il également normal au nom de la liberté des médias, de diffuser des reportages où l'on présente à visage caché des trafiquants et autres délinquants, qui narguent à l'excès et se sentent invulnérables ?
    Est-il normal que notre justice indépendante condamne des casseurs et des dealers à des peines de prison ferme qu'ils effectueront sans incarcération ?
    Est-il normal que certaines associations bien subventionnées et bien politisées s'empressent de stigmatiser l'ensemble d'une corporation quand 3 ou 4 individus dépassent les bornes, le tout sans réaction du ministre de tutelle et de l'exécutif ?
    Est-il normal de les déclarer coupables avant même que l'enquête judiciaire ne soit close ?
    Est-il normal de laisser des rassemblements et des manifestations pour certain(e)s non autorisé(e)s, dont on connait déjà le résultat ?
    La liste de mes interrogations est longue et je vais te l'épargner, elles ne sont d'ailleurs pas seulement les miennes.....

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]