Affaire Théo : "C'est de la torture qui a duré trop longtemps"

Affaire Théo : "C'est de la torture qui a duré trop longtemps"

Des manifestations avaient éclaté pendant plusieurs jours à la suite de l'affaire Théo.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 27 juin 2017 à 18h23

Plusieurs mois après son interpellation par les policiers à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Théo s'est confié à BFM TV mardi 27 juin, affirmant qu'il avait subi "une torture".

► "Si je vous dis que ça va, ça serait vous mentir"

C'était le 2 février dernier.

Théo, 22 ans était interpellé à Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis. Lors de son arrestation, le jeune homme affirme avoir été violenté et violé par des policiers. Trois policiers seront mis en examen pour violences volontaires en réunion et un quatrième pour viol, suspecté d'avoir enfoncé sa matraque dans l'anus du jeune homme.

"Si je vous dis que ça va, ça serait vous mentir. Ça va de mieux en mieux en tout cas. On fait le maximum pour rester debout. (...) Psychologiquement, comme je suis bien entouré, ma famille, des bonnes connexions, des bons amis aussi qui font que j'arrive à rester debout aujourd'hui", a expliqué Théo à un journaliste de BFM TV.


► "Les policiers de mon quartier se moquent de moi"

Depuis les faits, le jeune homme est équipé d'une poche à cause de la déchirure anale et de la perforation du colon : "Ça me fait très très mal. Ça me dérange au quotidien", ajoute-t-il. Au micro de BFM TV, le garçon est revenu sur cette journée du 2 février, mettant des mots précis sur son arrestation : "J'ai subi une torture. C'était de la violence volontaire et il y avait un viol en réunion. Les quatre ont été complices car aucun des policiers n'a dit à son collègue : 'Tu vas trop loin'. C'est de la torture qui a duré trop longtemps."

Théo explique qu'il en veut aux quatre policiers mis en cause mais aussi à leurs collègues : "Aux quatre policiers qui m'ont fait ça, oui, je leur en veux, et aussi aux policiers de mon quartier qui se moquent de moi qui me provoquent avec leur matraque. Hier encore, j'étais en bas de chez moi, les policiers sont passés en voiture et il y a un policier qui dit : 'Salut Théo, tu te rappelles de la matraque ?' Il rigole et il s'en va. Ils le font souvent", assure-t-il.
 
33 commentaires - Affaire Théo : "C'est de la torture qui a duré trop longtemps"
  • Difficile de s'exprimer aujourd'hui, surtout lorsque l'on dit la vérité . Relisez simplement votre article du 23 Février 2017 que vous aviez titré : " Théo et sa famille, au cœur d'un scandale financier " .

  • avatar
    jaunedeuf  (privé) -

    Par contre, BFMTV ne donne pas la parole aux policiers qui oeuvrent dans les quartiers où trainent ce genre d'individu...
    BFMTV ne parle pas non plus de l'argent publique détourné sous forme de "subventions" (pour subventionner quoi,on se le demande) et qui n'est pas réapparu à la surface.
    Et puis, quand on est dans un quartier sensible, qu'on se fait contrôler par des policiers (qui sont forcément à cran à force de se faire insulter et cracher dessus...) eh bien on ne fait pas d'histoires et on obtempère, tout simplement !

  • Pauvre " victime" ! beaucoup d'argent mettrait certainement du baume sur sa douleur , celle de sa famille , celle de son avocat , celle des "associations qui le soutiennent etc...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]