Abattoir de Limoges : les nouvelles vidéos-choc de L214

Abattoir de Limoges : les nouvelles vidéos-choc de L214

Un employé de l'abattoir municipal de Haguenau (Bas-Rhin) le 21 juillet 2016 (photo d'illustration). L'association L214 diffuse jeudi les images de vaches en gestation abattues à Limoges.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 03 novembre 2016 à 13h17

De nouvelles images, diffusées par l'association L214 et tournées dans l'abattoir municipal de Limoges (Haute-Vienne), montrent des foetus de veaux jetés dans des bennes ou de nouveaux étourdissements ratés ou bâclés.

Ces vidéos - par moment insoutenables et relayées par Le Monde - montrent l'abattage de vaches en gestation, une pratique répandue mais légale à laquelle l'association L21 veut mettre un terme.

Elles ont été tournées en mai et septembre par Mauricio Garcia-Pereira, un employé de l'abattoir de Limoges révulsé par ces pratiques et qui a décidé de lancer l'alerte. Or "il est interdit de transporter des vaches au-delà du huitième mois" de gestation", a affirmé à l'AFP Brigitte Gothière, porte-parole de l'association. Selon elle, les veaux figurant dans les vidéos "ont entre huit et neuf mois" car ils ont déjà des poils.


L214, qui a lancé une pétition pour interdire l'abattage des vaches gestantes, a annoncé avoir déposé plainte contre X jeudi auprès du tribunal de Limoges pour établir la responsabilité éventuelle de l'abattoir, du transporteur, de l'éleveur et des services vétérinaires. Ni la mairie, ni la direction de l'abattoir, interrogées par l'AFP, n'avaient réagi jeudi matin à ces images et à ces accusations. Mauricio Garcia-Pereira, qui travaille depuis sept ans dans le plus grand abattoir municipal de France (300 à 500 bêtes par jour, 80 employés), se dit écœuré par l'abattage de vaches pleines et de veaux presque à terme : "J'ai décidé de porter ce témoignage publiquement, en mon nom, parce que je n'ai rien fait de mal. Ne rien dire, c'est ça qui est mal !", a-t-il déclaré à l'AFP. En France, 170.000 vaches gestantes sont abattues chaque année, selon L214.

L'association a également porté plainte contre l'abattoir de Limoges lui-même pour des "infractions répétées à la réglementation dans l'abattage et mauvais traitements sur animaux", sur la foi de vidéos réalisées par un autre employé de l'abattoir, qui a pour sa part souhaité rester anonyme. L214 accuse l'abattoir "de ne pas avoir réagi sur des ratés d'étourdissements des vaches et cochons, sur l'utilisation de l'aiguillon électrique de façon systématique et sur des endroits qui sont interdits par la réglementation", a déclaré Brigitte Gothière. De son côté, le député européen PS Jean-Paul Denanot a annoncé avoir saisi la Commission européenne sur la pratique de l'abattage de vaches avec leur foetus, selon France 3 Limousin.

L214 diffuse régulièrement des vidéos montrant les souffrances animales dans certains abattoirs ou élevages, notamment dans les Pyrénées-Atlantiques, le Gard, l'Ain, la Vienne ou le Finistère.

 
21 commentaires - Abattoir de Limoges : les nouvelles vidéos-choc de L214
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]