À quoi devrait ressembler le brevet des collèges 2018 ?

À quoi devrait ressembler le brevet des collèges 2018 ?

Le lycée Charlemagne à Paris le 15 juin 2016.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 12 octobre 2017 à 13h24

ÉDUCATION. Alors qu'il avait déjà été remanié l'année dernière, le brevet des collèges devrait encore être réformé en 2018.

Au programme : pas de bouleversement fondamental mais des changements symboliques.

Le brevet des collèges version 2017 ne devrait pas faire long feu. Réformé sous François Hollande, l'examen qui clôture les années collège devrait être remanié par le nouveau ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer en vue de la session de juin 2018, selon Le Monde. Un projet d'arrêté est en cours de rédaction et devrait être divulgué le 19 octobre devant le Conseil supérieur de l'Éducation, pour un avis purement consultatif.

Cette nouvelle version ne connaîtra néanmoins pas de profonds bouleversements, mais des changements symboliques. Le brevet continuera à reposer en partie sur des épreuves finales, en partie sur du contrôle continu. La part de ce dernier sera réduite. Jusque-là, il comptait pour 400 points et l'examen seulement 300 sur un total de 700. Dans la nouvelle version, les épreuves finales devraient de nouveau peser exactement autant que le contrôle continu (soit 400 points sur 800). Ce qui éviterait, comme aujourd'hui, que plus de la moitié des élèves de 3e aient leur brevet avant même de passer l'examen. Autre modification du barème : l'épreuve de français et de mathématiques devrait avoir encore plus de poids par rapport aux autres matières (100 points chacune, contre 50 avant).

Concernant les épreuves finales, exit la tentative de l'ancienne ministre Najat Vallaud-Belkacem de regrouper les épreuves par bloc interdisciplinaire. L'an dernier, l'examen comportait deux épreuves écrites, une sur les mathématiques, la physique-chimie, les sciences et vie de la terre et la technologie, la deuxième sur le français, l'histoire-géographie, l'enseignement moral et civique. 2018 devrait voir le retour à un examen par matière, plus classique avec quatre épreuves écrites, en français, maths, histoire-géo et sciences et un oral portant sur un projet mené dans le cadre des enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) ou sur l'histoire des arts.

QU'EN PENSENT LES SYNDICATS ?

Les syndicats ne sont pas tous d'accord avec cette nouvelle version. Au syndicat réformiste Unsa, qui soutenait la politique de Najat Vallaud-Belkacem sur les collèges, on voit dans le projet "un signe politique de restauration, avec une vision très traditionnelle du diplôme", tacle auprès du Parisien Claire Krepper, sa secrétaire nationale chargée de l'éducation.

Elle craint également de nouvelles inflexions conservatrices à venir dans les futurs sujets zéro des épreuves, pas encore parus. "Le contenu de l'examen peut créer une modification de fait des programmes. Il suffit de décider d'attribuer de nombreux points à des exercices de grammaire, par exemple, pour que les enseignants passent beaucoup de temps en cours à y entraîner leurs élèves, au détriment d'autres parties du programme."

Valérie Sipahimalani, du syndicat majoritaire SNES-FSU, juge au contraire que ces ajustements devraient permettre de "simplifier les épreuves écrites".

 
16 commentaires - À quoi devrait ressembler le brevet des collèges 2018 ?
  • Vu le niveau de culture des générations actuelles, écrire leur nom sans faute suffira à obtenir le brevet !

  • celui qui connaît la table des 1 a son brevet. je résume mais c'est à peu près ça

  • avatar
    Alamo1  (privé) -

    J'ai passé le brevet en 1967, et à cette époque on nous disait qu'il ne servait pas à grand chose.

  • C'est super dur comme examen, un peu comme le bac, seuls les meilleurs le réussissent.

  • On est en octobre. Le "nouveau brevet" sera sans doute "officiel" à Noël ou à Pâques ? Les politiques d'aujourd'hui (comme ceux de l'année dernière) font leurs mesures symboliques en se fichant bien du travail des élèves et de leurs enseignants. ça pouvait attendre l'année prochaine, cette énième réforme en cours d'année. Mais sûrement que c'est pressé, pressé : "le temps politique n'est pas le temps pédagogique"...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]