À Paris, la gare Montparnasse envahie par des grévistes de la SNCF

À Paris, la gare Montparnasse envahie par des grévistes de la SNCF

Environ 500 cheminots ont manifesté dans la gare Montparnasse à Paris, au 6e jour consécutif de grève à la SNCF.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 06 juin 2016 à 16h41

Alors qu'une ultime séance de négociations sur le temps de travail se tenait ce lundi 6 juin sur le temps de travail à la SNCF, des cheminots grévistes sont descendus sur les voies de la gare Montparnasse à Paris, perturbant momentanément la circulation des trains. Le trafic, interrompu une vingtaine de minutes, a désormais repris.

Au sixième jour consécutif de grève à la SNCF, à l'appel de la CGT-cheminots et SUD-rail, un rassemblement s'est tenu près de la gare Montparnasse dans le 14e arrondissement de Paris, également pour peser sur les négociations concernant la réorganisation de leur temps de travail mais aussi demander le retrait du projet de loi Travail.

En marge de ce rassemblement, 500 cheminots, selon SUD-rail, ont ensuite manifesté dans la gare Montparnasse, provoquant une interruption totale du trafic de 13H45 à 14H08. Le blocage a affecté "une dizaine de trains" mais n'a entraîné aucune annulation. La SNCF a dénombré "une vingtaine de personnes sur les voies". Par ailleurs, le courant électrique a été coupé sur les voies, mesure de sécurité systématique dès lors qu'une seule personne y est repérée.

Les manifestants étaient en revanche "plus nombreux dans la gare", où ils ont fait usage de fumigènes, certains arborant des drapeaux des syndicats SUD et CGT. De nombreuses photos et vidéos publiées sur Twitter attestent de l'usage de fumigènes dans les halls et sur les voies de la gare Montparnasse. Les cheminots se sont également rendus aux gares de l'Est et du Nord.



Non loin de la gare Montparnasse, direction et syndicats de la SNCF étaient réunis depuis 9H30 pour une ultime séance de négociation sur le temps de travail dans l'entreprise. Près d'un millier de cheminots ont manifesté devant les locaux du groupe où se tiennent les discussions, la CGT comptant pour sa part "près de 2.000" participants. Les cheminots avaient installé des barbecues et ont pique-niqué dans une ambiance bruyante, au son de musique rock et de l'Internationale, et au milieu des fumigènes, pétards et sirènes. Beaucoup de cheminots portaient des drapeaux CGT et SUD (respectivement première et troisième forces syndicales à la SNCF), mais aussi FO (non représentatif). Des actions similaires ont eu lieu dans d'autres villes de France, notamment à Lyon ou encore à Lille.
 
108 commentaires - À Paris, la gare Montparnasse envahie par des grévistes de la SNCF
  • ""Lee1 """,suite a votreréaction ,que je trouve normale , les syndicats ont trahis ce qui était a l"origine ,cela devient une sordide histoire d"intérets ! à noter aussi que les cgt scient la branche sur laquelles ils sont !! salaires plus que corrects ,sécurité de l"emploi !et demain quand toutes les sociétés seront privées ,ils ramperont pour conserver leur emploi !qu"ils en profitent un max ,avant de vraies galéres ,personne ne viendra pour les soutenir

  • Non content d'être fainéants, ces orchidoclastes viennent narguer les gens qu'ils....ennuient à longueur de temps, apporter un peu plus de désarroi à leur calvaire. De vrais nodocéphales .

  • Les plus privilégiés des privilégiés de la SNCF, ceux qui bénéficient encore des avantages accordés à leur collègues du temps de la loco au charbon, avec le visage penché dehors au froid pendant que le reste du corps brulait devant la chaudière; ces privilégiés de la CGT en compet avec SUD à ceux qui auront la peau de la SNCF, assis désormais avec leur jostick, cabine climatisé, retraite à 52 ans.
    La CGT a tué les chantiers navals de La Ciotat, tué le port de Marseille au profit de Barcelone et Gènes plus des quantités d'entreprises prospères supprimant ainsi des milliers d'emplois.
    Et le gouvernent de gôche laisse faire. Pauvre France.

  • Est-ce normal que 8% de grévistes ignorent les 92% de salariés restant ?
    La CGT a réellement du mal avec la démocratie

  • Il n'y a pas de crise, la crise c'est............(Vous vous souvenez)

    Et bien voilà, Monsieur le Président, si vous osez vous représenter, à un an des élections, le peuple de gauche déçu est dans la rue, contre vous. Un comble!

    De Nicolas Sarkozy, votre adversaire de 2012, vous avez pas fait mieux et si de Nicolas ont en veut pas, pour 2017 restez chez vous, faite comme Jospin, abandonnez toute vie politique . Les Français ont compris, la gauche est finie son fossoyeur étant le PS.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]